L'évaluation psychiatrique d'un incendiaire allégué prolongée

L'évaluation psychiatrique de Marc-André Fuoco se poursuivra durant la période... (Archives La Tribune, Jessica Garneau)

Agrandir

Archives La Tribune, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) L'évaluation psychiatrique de Marc-André Fuoco se poursuivra durant la période des Fêtes.

Fuoco est accusé d'être à l'origine des incendies criminels de la rue Saint-Louis et de la rue Galt Ouest du 9 décembre à Sherbrooke.

Malgré les questions de l'accusé au tribunal, lundi, la juge Claire Desgens de la Cour du Québec a prolongé l'évaluation sur l'aptitude à comparaître faite par la psychiatre Dre Martine Bérubé.

Fuoco n'était pas d'accord avec cette prolongation.

«Ce n'est pas votre choix. Cette prolongation a été demandée par le tribunal et cette prolongation est nécessaire pour que la Dre Bérubé puisse compléter son évaluation», a mentionné la juge Desgens.

Marc-André Fuoco a été confié le 12 décembre dernier au département de psychiatrie du CHUS.

Des accusations d'incendie criminel sur la rue Saint-Louis, d'introduction par effraction et divers bris d'engagement ont été autorisées contre lui.

L'homme de 35 ans a été arrêté le 9 décembre dernier à la suite de l'incendie criminel allumé sur le balcon du 3e étage du 865 de la rue Saint-Louis.

Libéré sous conditions par les policiers, l'individu serait retourné au 412 de la rue Galt Ouest où un deuxième incendie a été allumé. Une accusation en lien avec cet incendie a aussi été autorisée.

Son avocat, Me Benoit Gagnon de l'aide juridique, a fixé le retour du dossier au 28 décembre prochain.

C'est Me Marie-André Ayotte qui représente le ministère public dans cette affaire.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer