Une mère accusée d'agression sexuelle

Une femme de 47 ans de Magog doit... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Une femme de 47 ans de Magog doit faire face à la justice pour des gestes à caractère sexuel commis sur sa propre fille.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Une femme de 47 ans de Magog doit faire face à la justice pour des gestes à caractère sexuel commis sur sa propre fille.

L'accusée, qu'on ne peut identifier pour ne pas identifier la victime, a comparu, jeudi, devant le juge Serge Champoux de la Cour du Québec au palais de justice de Sherbrooke.

Cette mère de famille aurait profité des bains qu'elle donnait à sa fille pour assouvir ses bas instincts. Le père de l'enfant était absent lors des gestes que la mère est accusée avoir commis.

Elle aurait fait des attouchements aux parties génitales de sa fille sur une période de quatre ans.

Des accusations d'agression sexuelle et de contacts sexuels entre janvier 2001 et décembre 2005 ont été portées.

Les gestes dont la mère est accusée auraient été commis en 2003, alors que sa fille était âgée entre 4 et 8 ans.

L'enfant a été retirée de son milieu familial en bas âge.

La victime a fait une déclaration aux enquêteurs de la Régie de police Memphrémagog alors qu'elle avait 18 ans.

L'accusée a été arrêtée au cours des derniers jours par les policiers.

Elle était représentée par son avocate Me Mélissa Gilbert lors de sa comparution.

C'est Me Stéphanie Landry qui représente le ministère public dans cette affaire.

Le dossier a été remis au 1er mars 2017.

Divers interdits de contacts empêchent l'accusée d'entrer en contact avec la victime alléguée.

Un accusé de l'opération «Bouboule» se livre

Recherché dans l'opération « Bouboule », Samuel Dumont-Blanchard s'est livré aux policiers.

L'individu faisait l'objet d'un mandat d'arrestation depuis les perquisitions du 23 novembre dernier.

Il s'est présenté aux constables spéciaux du palais de justice de Sherbrooke et a aussitôt pris le chemin de la détention.

Des accusations de trafic de stupéfiants ainsi que de possession de stupéfiants ont été portées contre lui devant le juge Serge Champoux de la Cour du Québec.

Le procureur aux poursuites criminelles Me Claude Robitaille s'est objecté à sa remise en liberté.

Son avocat, Me Jean-Marc Bénard, a reporté le dossier au 19 décembre prochain pour son enquête sur remise en liberté.

Déjà plusieurs accusés ont réglé leurs comptes avec la justice dans cette affaire. Rock Martel, Sylvain Blais, Jean-Guy Shank et Stéphane Michaud avaient plaidé coupables dans le cadre de cette opération.

Dans le cadre de l'opération « bouboule », 28 875 $ ont été saisis sur les lieux des six perquisitions de même qu'une quarantaine de comprimés de méthamphétamine, 2743 grammes de cannabis, une dizaine de grammes de cocaïne ainsi que du haschich.

Ceux de Nicolas Pratte, 33 ans et Sylvain Dulac, 57 ans, ont été remis au 14 février 2017 au même moment où se dérouleront les observations sur la peine des coaccusés.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer