Le fuyard de l'autoroute 10 condamné à trois mois de prison

L'individu de Toronto à l'origine d'une poursuite policière survenue en... (Archives La Tribune)

Agrandir

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) L'individu de Toronto à l'origine d'une poursuite policière survenue en novembre dernier sur l'autoroute 10 a été condamné à trois mois de prison.

Joseph Gallant a plaidé coupable devant le juge Conrad Chapdelaine de la Cour du Québec.

Le tribunal a retranché la détention provisoire purgée depuis le 24 novembre dernier à la peine imposée à Gallant, soit 24 jours.

Gallant a été arrêté au terme d'une poursuite policière entre la Montérégie et Sherbrooke le 24 novembre dernier.

Cet Ontarien de 55 ans devait répondre d'accusations en lien avec une poursuite policière d'une centaine de kilomètres sur l'autoroute 10 entre Saint-Césaire et Sherbrooke.

Il a plaidé coupable aux accusations de conduite dangereuse, de fuite des policiers et de possession simple de cannabis.

La poursuite policière a commencé en Montérégie alors que Gallant circulait à haute vitesse.

Ce sont des enquêteurs du SPVM qui circulaient sur l'autoroute 10 qui ont contacté la Sûreté du Québec. Le véhicule des policiers a été dépassé par le véhicule suspect qui effectuait des manoeuvres dangereuses.

Les véhicules de patrouille de la SQ ont volontairement ralenti la circulation sur l'autoroute 10 afin que le Dodge Caravan du suspect soit retardé par les autres véhicules. Le véhicule de Gallant s'est immobilisé à la hauteur du kilomètre 138 soit tout juste devant le barrage policier.

Si le véhicule a été repéré à la hauteur de Saint-Césaire en Montérégie, la véritable poursuite a été effectuée entre Magog et Sherbrooke.

L'homme présentait des signes de désorganisation lorsqu'il a été intercepté par la SQ.

Joseph Gallant s'est vu interdire de conduire pour les deux prochaines années.

La peine a été imposée à la suite d'une suggestion commune du procureur aux poursuites criminelles au dossier, Me Régis Juneau-Drolet, et de l'avocate de l'aide juridique, Me Jessyca Duval.

Gallant possédait deux antécédents de conduite avec les capacités affaiblies.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer