Entrée par effraction chez une dame âgée: 20 mois de prison pour Nolet

Éric Nolet a pris le chemin de la... (123RF)

Agrandir

Éric Nolet a pris le chemin de la prison pour 20 mois.

123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Arrêté après s'être introduit par effraction chez une Sherbrookoise de 75 ans, Éric Nolet a été condamné à 20 mois de détention.

Cet individu est détenu depuis son arrestation le 19 novembre dernier à la suite de cet événement survenu sur la rue de l'Aurore-Boréale dans le secteur Ascot.

Évalué en psychiatrie légale, il avait été déclaré apte à faire face au processus judiciaire.

Il a plaidé coupable, jeudi, aux accusations de présence illégale dans une maison d'habitation, de menaces de mort et de voies de fait armées contre les policiers devant le juge Conrad Chapdelaine de la Cour du Québec.

Selon le récit des faits admis par Nolet, il s'est rendu chez la septuagénaire par hasard.

À la suite d'un accident d'auto, Éric Nolet a cogné à deux portes avant d'entrer dans la troisième résidence, celle de la victime, qu'il croyait être inhabitée.

L'homme au lourd passé criminel est entré dans la résidence de la femme de 75 ans pour se réchauffer.

La présence du suspect au sous-sol de la résidence de la septuagénaire de la rue de l'Aurore-Boréale dans le secteur Ascot a alerté la résidente des lieux.

Elle s'est rendue chez son voisin en raison du bruit fait par le suspect. Le voisin est allé voir la cause du bruit et a constaté qu'une vitre du sous-sol avait été fracassée. Le suspect se trouvait encore dans la maison, mais s'y était barricadé.

Après plus de trois heures de négociations, il s'est rendu aux policiers.

Pendant le siège, Nolet a dit aux policiers que personne ne sortirait vivant de la maison.

Éric Nolet a fini par se rendre aux policiers. Ce dernier a aussi reconnu un vol d'essence ainsi qu'un bris de probation.

La suggestion commune de l'avocate de la défense Me Jessyca Duval de l'aide juridique et du procureur aux poursuites criminelles Me Régis Juneau-Drolet tient compte de la détention provisoire de 18 jours purgée par Nolet depuis son arrestation.

Une probation d'une année avec suivi lui a aussi été imposée.

Me Juneau-Drolet a expliqué au tribunal que la victime dans cette affaire a eu vraiment peur, mais qu'il lui a été expliqué qu'elle n'était aucunement visée par Nolet dans cette affaire.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer