Entraîneur de hockey accusé de pornographie juvénile

Stéphane Choquettele... (Photo tirée de Facebook)

Agrandir

Stéphane Choquettele

Photo tirée de Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Victoriaville) Stéphane Choquette, un homme de 46 ans de Chesterville, a comparu, mercredi au palais de justice de Victoriaville, afin de faire face à des accusations de possession, d'avoir accédé et distribué de la pornographie juvénile ainsi qu'une accusation de possession de cannabis.

Les policiers ont réalisé une perquisition à son domicile et du matériel informatique a été saisi pour analyse.  C'est l'Équipe d'enquêtes sur l'exploitation sexuelle des enfants sur Internet (ESEI) qui a mené l'enquête et procédé à l'arrestation du père de famille.

Choquette oeuvrait, jusqu'à tout récemment, à titre d'entraîneur adjoint des Tigres 2 de Victoriaville dans les rangs midget B. Lorsqu'elle a appris la nouvelle, l'Association de hockey mineur de Victoriaville a immédiatement retiré l'accusé de ses fonctions par mesure préventive.

 Dossier de Choquette était vierge

Selon un individu dans l'entourage de l'équipe qui préfère conserver l'anonymat, l'implication du prévenu au sein de l'équipe était limitée. Selon les premières constatations, les faits qu'on lui reproche ne seraient d'ailleurs pas reliés à son rôle d'instructeur.

L'Association entend maintenir ses efforts afin de s'assurer que ses entraîneurs ne représentent pas un danger pour les joueurs, mais fait le constat que le dossier de Stéphane Choquette était vierge avant les événements de mercredi. Une ressource d'accompagnement sera mise à la disponibilité des joueurs qui en ressentiront le besoin.

L'ESEI fait partie du Service des projets d'enquêtes spécialisées de la direction des enquêtes criminelles. Depuis la mise en place de la stratégie provinciale de la Sûreté du Québec en matière de lutte contre l'exploitation sexuelle des enfants en 2012, près de 400 arrestations ont été réalisées. Grâce à cela, plusieurs dizaines de victimes ont été identifiées. 

Le public est invité à signaler toute situation d'exploitation sexuelle des jeunes sur Internet à l'adresse suivante : cyberaide.ca.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer