Affaire de violence à Magog: une peine de 38 mois de prison

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Pour son implication dans une affaire d'introduction par effraction avec violence à Magog, Marc-André Bertrand a été condamné à 38 mois de prison.

Bertrand a plaidé coupable à des accusations de présence illégale dans une maison d'habitation, de voies de fait armées, de trafic de stupéfiants et de possession d'arme prohibée.

L'individu se trouvait dans le logement de la victime, sur la rue Stanley à Magog, en octobre 2015 lorsque les gestes sont survenus.

Paskinel Roy-Thivierge et Michaël Jolin sont arrivés au domicile de la victime, alors que Bertrand s'y trouvait déjà.

Sans avoir frappé la victime, il a facilité l'arrivée de Jolin et Roy-Thivierge dans le logement pour qu'ils puissent « passer un message ».

Ils se sont présentés à la porte du logement. Ils ont bouché le judas de la porte pour empêcher le locataire de les voir et auraient réussi à se faire ouvrir.

Effrayée par la situation, la victime a choisi de sauter en bas du balcon de son logement situé au troisième étage de son immeuble, s'infligeant plusieurs fractures.

Les assaillants ont pris la fuite et ont lancé l'arme ayant servi au crime dans la rivière Magog.

Marc-André Bertrand possède plusieurs antécédents judiciaires en matière de stupéfiants et de crimes contre la propriété.

Effrayée par la situation, la victime a sauté en bas du balcon de son logement situé au troisième étage de son immeuble, s'infligeant plusieurs fractures.

Le procureur aux poursuites criminelles Me Régis Juneau-Drolet et l'avocate de la défense Me Caroline Monette ont présenté une suggestion commune au juge qui tient compte de la détention provisoire équivalente à 20 mois de prison. Il restera donc 18 mois de prison à purger pour Marc-André Bertrand.

« Je suis désolé de ce qui est arrivé. Je n'avais pas l'intention qu'il arrive ce qui est arrivé », a mentionné Marc-André Bertrand au tribunal.

Les deux autres personnes impliquées dans cette affaire ont aussi été condamnées à de longues peines de détention.

Michaël Jolin a été condamné à 34 mois de détention, tandis que Paskinel Roy-Thivierge purgera 35 mois. La détention provisoire déjà purgée avait aussi été soustraite de leurs peines.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer