Watson et Simoneau-Audy condamnés à la détention

Julie Simoneau-Audy devra passer les 18 prochains mois... (La Tribune, René-Charles Quirion)

Agrandir

Julie Simoneau-Audy devra passer les 18 prochains mois en détention à domicile.

La Tribune, René-Charles Quirion

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Julie Simoneau-Audy et Karl Watson ont reconnu avoir participé par la complicité après le fait à l'incendie criminel d'une résidence de Saint-François-Xavier-de-Brompton en février 2016.

Ils ont aussi admis la trame factuelle de leur fuite des lieux de cet incendie criminel survenu dans la nuit du 26 au 27 février dernier.

Cependant, les deux individus n'ont pas reconnu être à l'origine de l'incendie qui avait détruit une résidence unifamiliale de la rue Jolin.

« De toutes évidences, il y a d'autres participants à ce dossier », explique le procureur aux poursuites criminelles Me Andy Drouin.

Karl Watson, 23 ans, et Julie Simoneau-Audy, 30 ans, ont plaidé coupables à des accusations d'introduction par effraction, de complicité après le fait d'incendie criminel, de vol de véhicule, de fuite de policier, de conduite dangereuse et de voies de fait contre un policier.

Détenu depuis son arrestation dans cette affaire, Karl Watson a été condamné à un total de deux ans moins un jour de prison par le juge Conrad Chapdelaine de la Cour du Québec. Il doit encore en purger dix mois et demi en déduisant la détention provisoire. Une probation de deux ans lui a été imposée.

Julie Simoneau-Audy a été condamnée à 18 mois de détention à purger dans la collectivité. Elle devra effectuer 240 heures de travaux communautaires. Elle devra aussi respecter les conditions dans le cadre d'une probation de trois ans où elle devra effectuer un autre 240 heures de travaux communautaires.

Cette suggestion commune de Me Benoît Gagnon de l'aide juridique et Me Andy Drouin tient compte des 52 jours de détention provisoire déjà purgés ainsi que de la thérapie fermée de six mois qu'elle a effectués.

« Vous avez un gardien de prison chez vous 24 heures sur 24 (...) Au cours des derniers mois, vous avez pris les moyens pour retrouver une vie normale, je vous impose une peine qui va permettre de poursuivre votre réhabilitation », a mentionné le juge Chapdelaine à Julie Simoneau-Audy qui était une infirmière auxiliaire avant sa descente aux enfers où elle a sombré dans des problèmes de consommation de drogue qui l'ont menée dans cette affaire criminelle.

Watson et Simoneau-Audy se sont vus interdits de contact et de communiquer entre eux.

Les deux suspects avaient été appréhendés à la suite d'une poursuite policière en marge de l'incendie ayant détruit une résidence située à Saint-François-Xavier-de-Brompton, alors que ses occupants se trouvaient en vacances en Floride.

Ils ont reconnu être entrés dans la résidence avant l'incendie criminel et y être répartis dans une camionnette après que l'incendie a été allumé.

Personne ne peut identifier formellement qu'ils ont allumé l'incendie, de là l'accusation réduite de complicité après le fait pour incendie criminel.

Les deux individus ont pris la fuite dans une camionnette. Dans la fuite à haute vitesse, ils ont commis plusieurs infractions au code de la sécurité routière. Ils ont aussi balancé divers objets se trouvant dans la camionnette aux policiers qui les suivaient dont un banc de scie et une caisse de bière.

Les deux accusés ont profité du règlement dans ce dossier principal pour plaider coupable à diverses accusations accessoires.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer