Un Ontarien accusé de délit de fuite sur l'autoroute 10

Un Ontarien de 55 ans doit répondre d'accusations en... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Un Ontarien de 55 ans doit répondre d'accusations en lien avec une poursuite policière d'une centaine de kilomètres, jeudi matin, sur l'autoroute 10 entre Saint-Césaire et Sherbrooke.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Un Ontarien de 55 ans doit répondre d'accusations en lien avec une poursuite policière d'une centaine de kilomètres, jeudi matin, sur l'autoroute 10 entre Saint-Césaire et Sherbrooke.

Joseph Gallant de Toronto a été accusé de conduite dangereuse, fuite des policiers et entrave au travail des policiers au palais de justice de Sherbrooke devant la juge Hélène Fabi de la Cour du Québec.

La poursuite policière dont il est à l'origine s'est terminée vers 8 h à la hauteur de la sortie de Saint-Élie.

Le véhicule qui circulait à haute vitesse sur l'autoroute était poursuivi depuis la Montérégie par des policiers.

« Nous avons reçu une demande d'assistance vers 7 h 30 à partir de la Montérégie. Ce sont des enquêteurs du SPVM qui circulaient sur l'autoroute 10 qui ont été dépassés par le véhicule qui effectuait des manoeuvres dangereuses. Ils ont contacté des policiers de la Sûreté du Québec », explique la porte-parole de la Sûreté du Québec en Estrie, Aurélie Guindon.

Tous les véhicules disponibles de la SQ en Estrie ont convergé vers l'autoroute 10. Des véhicules bloquaient la voie pour intercepter le conducteur d'un Dodge Caravan qui avait pris la fuite. Les véhicules de patrouille ont volontairement ralenti la circulation afin que le véhicule suspect soit retardé par les autres véhicules. Le véhicule de Gallant s'est immobilisé à la hauteur du kilomètre 138 soit tout juste devant le barrage policier.

Si le véhicule a été repéré à la hauteur de Saint-Césaire en Montérégie, la véritable poursuite a été effectuée entre Magog et Sherbrooke.

Le Service de police de Sherbrooke avait aussi été mis sur un pied d'alerte pour porter assistance à leurs confrères en cas de besoin. Assistance qui n'a pas été nécessaire.

« La raison pour laquelle il refusait de s'immobiliser demeure inconnue, par contre nous pouvons confirmer que l'homme présentait des signes de désorganisation lorsqu'il a été intercepté », explique la porte-parole de la SQ.

Cette opération policière a perturbé la circulation sur l'autoroute 10 à l'heure de pointe matinale.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer