Six mois de prison pour un père agresseur sexuel

Coupable d'agression sexuelle sur sa belle-fille, un individu... (123RF)

Agrandir

Coupable d'agression sexuelle sur sa belle-fille, un individu de 45 ans du Haut-Saint-François a pris le chemin de la prison pour six mois.

123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Coupable d'agression sexuelle sur sa belle-fille, un individu de 45 ans du Haut-Saint-François a pris le chemin de la prison pour six mois.

Le beau-père agresseur a profité de sa relation de confiance avec la victime pour la toucher aux seins et à la vulve à au moins six reprises entre octobre 2009 et octobre 2015.

Il n'est pas possible de révéler le nom de l'accusé pour préserver la confidentialité de celui de la victime.

Les gestes criminels ont été commis alors que la victime se trouvait au début de l'adolescence.

L'accusé vivait sous le même toit que la victime lorsque ces gestes ont été posés. L'individu est le père du demi-frère de la victime au dossier.

Avant de recevoir sa peine devant le juge Conrad Chapdelaine de la Cour du Québec, l'accusé a affirmé regretter les gestes commis.

« C'est inimaginable le regret que j'ai. C'était ma famille. J'ai tout perdu. J'accepte les conséquences », a affirmé l'accusé.

Les avocats au dossier Me Benoit Gagnon de l'aide juridique et la procureure aux poursuites criminelles Me Joanny Saint-Pierre ont présenté une suggestion commune de six mois de détention dans ce dossier.

Le plaidoyer de culpabilité rapide, le fait que la victime n'a pas eu à témoigner et la thérapie entreprise par l'accusé dans cette affaire ont notamment été tenus en compte.

Le beau-père agresseur a perdu son emploi dans cette affaire criminelle. Lorsque son patron a appris les accusations portées contre lui, il l'a congédié sur-le-champ.

L'individu sans antécédent judiciaire devra se soumettre aux conditions d'une probation de deux ans à sa sortie de prison et sera suivi par un agent au cours des dix-huit premiers mois.

Il devra s'inscrire pour les dix prochaines années au Registre des délinquants sexuels.

Il lui sera interdit de se trouver dans un périmètre de moins de deux kilomètres de la résidence de la victime. Il ne pourra non plus établir de contact avec elle.

Il lui sera aussi interdit d'occuper un travail en relation avec des personnes de moins de 16 ans.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer