Benoît-Lessard remis en liberté sous de sévères conditions

Philippe Benoît-Lessard... (Archives La Tribune, Maxime Picard)

Agrandir

Philippe Benoît-Lessard

Archives La Tribune, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Philippe Benoît-Lessard de Sherbrooke a été déclaré apte à faire face au processus judiciaire, puis remis en liberté sous de sévères conditions.

L'homme de 31 ans serait entré dans un logement de l'Est de Sherbrooke pour tenter d'y agresser sexuellement une adolescente dans la nuit du 5 au 6 novembre dernier.

Le rapport psychiatrique déposé devant le tribunal fait état qu'il est apte à subir le processus judiciaire.

Devant le juge Conrad Chapdelaine de la Cour du Québec, il a officiellement dû un répondre à des accusations d'invasion de domicile et d'attouchement sexuel.

De sévères conditions de remise en liberté lui ont été émises.

Il devra rester chez sa mère 24 heures par jour, sept jours par semaine, sauf pour poursuivre ses études pour suivre une thérapie pour ses problèmes de dépendance à la drogue. Il devra aussi rencontrer son médecin.

Cette dernière a déposé 500 $ aux greffes du palais de justice de Sherbrooke pour garantir les engagements pris par son fils devant le tribunal.

Philippe Benoît-Lessard serait entré dans le logement d'une famille vers 1 h dans la nuit de samedi à dimanche. Cette famille était totalement inconnue de l'accusé.

L'individu de 31 ans se serait introduit dans la chambre d'une adolescente où il aurait tenté d'y commettre des attouchements sexuels. L'adolescente s'est mise à crier. Le suspect a alors pris la fuite.

Pendant que les policiers et enquêteurs recueillaient des témoignages, le suspect serait passé en véhicule devant le logement d'où il venait vraisemblablement d'y commettre les crimes. Il a été pris en chasse puis arrêté.

Philippe Benoit-Lessard s'est engagé dans ses condi5tions à ne pas entrer en contact avec la victime alléguée et se trouver dans un périmètre à proximité des lieux de cette dernière. Il ne pourra pas non plus se trouver dans des parcs, écoles ou tout autre endroit où pourraient se trouver des personnes de moins de 16 ans.

L'accusation de contacts sexuels sur une mineure est passible d'une peine minimale d'une année de prison.

Philippe Benoît-Lessard n'est pas à sa première présence devant le tribunal et même en détention.

En septembre 2013, il a été condamné à douze mois de prison de voies de fait graves sur un enfant ainsi que de négligence criminelle causant des lésions corporelles.

Une probation de deux ans lui avait été imposée à la suite de cette condamnation.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer