Le coroner Garneau met en garde contre les cardiaques au volant

Le coroner Yvon Garneau estime que les patients éprouvant des problèmes... (Archives La Voix de l'Est)

Agrandir

Archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Drummondville) Le coroner Yvon Garneau estime que les patients éprouvant des problèmes cardiaques devraient être signalés davantage à la Société de l'assurance automobile du Québec (SAAQ) afin qu'on soit en mesure d'évaluer leur dangerosité au volant.

Le coroner Yvon Garneau... (Photo fournie) - image 1.0

Agrandir

Le coroner Yvon Garneau

Photo fournie

Appelé à se prononcer relativement au décès de Jean-Claude Gilles, survenu le 18 février à Drummondville, alors qu'il était au volant de son automobile, le coroner estime qu'il est du devoir des automobilistes que du personnel traitant de faire état d'un problème cardiaque afin d'éviter qu'un malaise au volant de ne leur soit fatal et entraîne d'autres conducteurs dans la mort.

« Il est de mon avis qu'un titulaire de permis de conduire aux prises avec des troubles cardiaques et suivi par un médecin, comme c'était le cas pour M. Gilles, devrait faire une auto-déclaration ou, possiblement même, un signalement à la SAAQ. Il est possible qu'aucune restriction n'ait été imposée à M. Gilles spécifiquement mais, dans bien des cas, il devient davantage prudent et rassurant pour tout le monde qu'une auto-déclaration soit faite », écrit le spécialiste.

«Le taux des auto-déclarations est très bas au Québec comparativement à l'Ontario.»


L'article 95 du Code de la sécurité routière oblige le titulaire d'un permis de conduire à informer la SAAQ de tout changement qui le concerne. Or, le public a généralement tendance à croire que ces renseignements ne concernent que des détails en lien avec les coordonnées par exemple, alors qu'il concerne aussi les conditions de santé.

« Le taux des auto-déclarations est très bas au Québec comparativement à l'Ontario. Cependant, il y a une nette amélioration du nombre de signalements fait par les professionnels de la santé, ils ont augmenté de 700% depuis 2004 », ajoute-t-il.

Le coroner déplore toutefois que ces signalements concernent généralement les automobilistes de plus de 75 ans, alors que plusieurs conducteurs plus jeunes se retrouvent également dans une situation problématique, mais ne sont pas dépistés. Il demande à la SAAQ devrait faire davantage de publicité afin d'informer la population de l'importance des auto-déclarations de problèmes de santé.

 

Des « anomalies importantes » 

L'autopsie de Jean-Claude Gilles a révélé que le système cardio-vasculaure du conducteur, âgé de 59 ans à peine, présentait des « anomalies importantes ». Dans son rapport, le coroner Garneau fait état d'artères de petits calibres avec des calcifications diffuses. L'aorte présentait aussi une athéromatose modérée.

M. Gilles avait fait un infarctus en 2003 et était suivi sur une base périodique par un médecin. Il avait en sa possession de la nitroglycérine liquide en cas de malaise, médicament d'urgence qu'il ne traînait jamais sur lui selon des proches.

Vers 12h37 le 18 février, M. Gilles a été victime d'un malaise alors qu'il approchait l'intersection de la rue Hains et du boulevard Saint-Joseph. Il a effectué une sortie de route et a heurté un poteau avant de terminer sa course contre une barrière aménagée à proximité d'une station-service. Malgré les manoeuvres visant à le secourir, il devait rendre l'âme près d'une heure plus tard.

Yvon Garneau a conclu à un oedème sévère aux poumons suite à une athéromatose coronarienne oblitérante sévère.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer