Invasion de domicile : Philippe Benoît-Lessard sera évalué en psychiatrie

Philippe Benoît-Lessard sera évalué en psychiatrie légale.... (Spectre Média, Maxime Picard)

Agrandir

Philippe Benoît-Lessard sera évalué en psychiatrie légale.

Spectre Média, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) L'homme de 31 ans qui serait entré dans un logement de l'Est de Sherbrooke pour tenter d'y agresser sexuellement une adolescente sera évalué en psychiatrie légale.

Des accusations d'invasion de domicile et d'attouchement sexuel ont été autorisées contre Philippe Benoit-Lessard par la procureure aux poursuites criminelles Me  Joanny Saint-Pierre. Le ministère public s'est opposé à sa remise en liberté.

Devant la juge Hélène Fabi de la Cour du Québec, l'avocate de la défense Me Stéphanie Côté a demandé et obtenu, lundi, que son client soit évalué en psychiatrie concernant son aptitude à comparaître.

Les avocates ont convenu de reporter le dossier au 10 novembre pour le retour de l'évaluation psychiatrique concernant l'aptitude à comparaître.

« Mon client ne se porte pas très bien. Nous allons essayer de comprendre ce qui s'est passé », explique Me Côté.

Philippe Benoît-Lessard serait entré dans le logement d'une famille vers 1 h dans la nuit de samedi à dimanche.

« Il n'y a pas d'élément pour le moment qui permet de relier le suspect à la victime alléguée », explique le porte-parole du Service de police de Sherbrooke, Martin Carrier.

Devant la juge Fabi, l'avocate de la défense a confirmé cette version : « Mon client n'a aucune idée de qui sont ces gens-là », a affirmé Me Côté devant le tribunal.

La procureure aux poursuites criminelles Me Joanny Saint-Pierre a tout de même réclamé une interdiction de contact ou de communication entre l'accusé et la victime alléguée ou sa famille.

L'individu de 31 ans se serait introduit dans la chambre d'une adolescente où il aurait tenté d'y commettre des attouchements sexuels.

« L'adolescente s'est mise à crier. Le suspect a alors pris la fuite », mentionne le porte-parole du SPS.

Pendant que les policiers et enquêteurs recueillaient des témoignages, le suspect serait passé en véhicule devant le logement d'où il venait vraisemblablement d'y commettre les crimes.

« Nos policiers ont pris en chasse le véhicule. Ils ont pu identifier le suspect et ont procédé à son arrestation », indique Martin Carrier du SPS.

L'accusation de contacts sexuels sur une mineure est passible d'une peine minimale d'une année de prison.

Philippe Benoît-Lessard n'est pas à sa première présence devant le tribunal et même en détention.

En septembre 2013, il a été condamné à douze mois de prison pour des voies de fait graves sur un enfant ainsi que pour négligence criminelle causant des lésions corporelles. Les gestes ont été commis entre mars et juillet 2010.

Une probation de deux ans lui avait été imposée à la suite de cette condamnation.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer