Marcial Lacasse voulait mourir

Le témoignage de Marcial Lacasse à son propre... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Le témoignage de Marcial Lacasse à son propre procès a débuté, lundi matin au palais de justice de Lac-Mégantic.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ronald Martel</p>
Ronald Martel
La Tribune

(Lac-Mégantic) Marcial Lacasse ne voulait plus vivre quand il s'est réveillé à l'hôpital en apprenant qu'il avait causé la mort de son ami Kevin Morin dans un accident de VTT. « Je ne voulais plus vivre. J'ai dit à mon père de déconnecter les machines. » Son père a rétorqué : « Non... Reste avec nous autres. On t'aime beaucoup. »

Le témoignage de Marcial Lacasse à son propre procès a débuté lundi matin au palais de justice de Lac-Mégantic. Le jeune homme a parlé franchement de ses difficultés à l'école, arrivant avec peine à lire et à écrire aujourd'hui. Puis il a raconté en détail sa journée du 24 janvier 2014, qui a pris fin tragiquement après avoir consommé plusieurs bières et des shooters avec ses amis dans un bar de Piopolis.

Précédés de leurs amis Miguel et David, partis sur un autre VTT, Kevin rentrera avec Lacasse, pour prendre une ride sur le VTT neuf. Ils ne vont pas plus vite que 40 ou 50 km/h dans les virages, 70 dans les bouts droits.

« Ça a fessé. J'ai eu mon accident. J'ai frappé quelque chose. Dans ma vision, c'était un bout droit. Puis j'étais à terre à côté de mon VTT. Je me suis levé, mais pas capable, je suis retombé. J'avais mal partout. J'ai vu des lumières, c'était David qui revenait. Miguel m'a enlevé mon casque et m'a dit : « Tu as la gueule pleine de sang! » Se tournant vers David : « Je ne suis pas capable de rester icitte ». Miguel est parti en courant. David lui a crié Miguel, reviens... David appelle les ambulanciers et les policiers. Kevin ne répondait pas. David a mis son linge sur moi. »

Après une descente du sentier en coquille-civière glissant sur la neige, où il a très mal et pleure beaucoup, c'est l'ambulance. David lui dit : « Ça va bien aller, mon chum. Je t'aime. » Marcial Lacasse a pleuré à ce moment, jusqu'à la fin de son témoignage.

Réveillé à l'hôpital du CHUS, il s'inquiète de l'état de ses amis. « Miguel, ça va, mais Kevin, non, il est décédé », lui a-t-on répondu.

Le contre-interrogatoire de l'avocat de la Couronne a beaucoup porté sur la perception du sentier par Lacasse, la position de la souche qu'il a percutée et des arbres autour... Il a finalement avoué qu'au bar, il avait fumé un peu d'un joint de cannabis, que lui ont passé ses amis...

Les plaidoiries des deux procureurs sont prévues pour mercredi matin, de même que les directives finales du juge aux jurés et leurs délibérations.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer