Un détenu accusé de menaces de mort sur un procureur aux poursuites criminelles

Déjà détenu à la suite de son arrestation dans l'opération «muraille», Richard... (Archives La Presse)

Agrandir

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Déjà détenu à la suite de son arrestation dans l'opération «muraille», Richard Skinner de Cowansville a été accusé de menaces de mort et d'intimidation sur un procureur aux poursuites criminelles et pénales à Sherbrooke.

C'est par l'entremise des lettres écrites de la prison que Skinner aurait commis ces crimes à l'endroit d'une personne associée au système de justice.

L'individu de 44 ans a pris possession de la preuve, mardi, lors de sa comparution devant le juge Conrad Chapdelaine de la Cour du Québec au palais de justice de Sherbrooke.

Les faits reprochés à Skinner auraient été commis entre le 11 septembre et le 16 octobre 2016.

Étant donné sa détention dans «muraille», Skinner a renoncé au délai pour son enquête sur remise en liberté dans ce nouveau dossier.

Richard Skinner a été arrêté le 29 juin dernier dans le cadre d'une frappe policière d'envergure.

L'individu de Cowansville est considéré comme l'une des têtes dirigeantes alléguées de ce réseau de trafiquant de stupéfiants qui oeuvre principalement dans la région de Granby.

En septembre dernier, il s'est vu refuser sa remise en liberté sous conditions.

Trente-six individus ont été accusés au terme de l'opération où 54 personnes impliquées vraisemblablement dans l'approvisionnement, la distribution et le trafic de stupéfiants ont été arrêtées.

Dans ce dossier, la grande majorité des individus sont accusés de complot pour trafic de cocaïne, méthamphétamine, MDMA, cannabis et haschich entre le 15 mars 2015 et le 29 juin 2016 à Granby, Repentigny, Brossard et ailleurs au Québec et en Ontario ainsi que de trafic de ces substances à Granby et ailleurs au Québec et en Ontario.

Skinner est aussi accusé de gangstérisme soit d'avoir commis un acte criminel au profit ou sous la direction ou association d'une organisation criminelle.

Me Mylène Lareau étudie présentement le dossier de Richard Skinner afin de le défendre dans le projet «muraille». Pour le moment, aucun avocat ne le représente pour le dossier de menaces et d'intimidation sur un procureur de la couronne.

Les dossiers concernant ces nouvelles accusations ont été reportés au 14 novembre prochain pour rejoindre celle déjà devant le tribunal.

C'est le procureur aux poursuites criminelles, Me Jean Caron qui a déposé les accusations contre Richard Skinner.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer