Échec au crime fête ses 20 ans

Le président sortant d'Échec au crime, Tom McConnell,... (Spectre média, Frédéric Côté)

Agrandir

Le président sortant d'Échec au crime, Tom McConnell, souligne les 20 ans de l'organisme.

Spectre média, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Plus de 2000 dossiers sont ouverts chaque année par Échec au crime au Québec.

L'organisme, qui fête son 20e anniversaire cette année au Québec, a reçu des informations dans quelque 26 658 dossiers depuis 1996.

Le président sortant de l'organisme, Tom McConnell, rappelle que la base de cette organisation sans but lucratif demeure l'anonymat afin de recueillir des informations pour résoudre des crimes.

« Nous ne pouvons pas retracer les appels des gens qui nous transmettent de l'information. Garantir l'anonymat des informations demeure notre raison d'être. C'est la base de tout. On ne veut pas savoir c'est qui, mais on veut savoir c'est quoi », assure Tom McConnell.

Ce dernier explique qu'un processus anonyme a été mis en place, afin de pouvoir distribuer les récompenses à ceux qui transmettent de l'information permettant de résoudre un crime. Le montant des récompenses peut atteindre 2000 $ selon le type de crime.

« Ce sont les gens qui ont fourni l'information qui doivent nous rappeler pour savoir si l'information a donné des résultats. Un numéro est associé à l'événement et un endroit est fixé pour réclamer la récompense de façon anonyme. Le montant de la récompense est établi en fonction d'une charte. Dans la grande majorité des cas, cependant, les gens qui nous fournissent de l'information ne réclament pas de récompense. Ils le font comme devoir de citoyen », indique le président sortant d'Échec au crime.

« Un outil supplémentaire »

Vol, trafic de drogue, crime avec violence, l'information anonyme transmise à Échec au crime est acheminée aux services des renseignements criminels des différents corps policiers du Québec.

« L'information que nous transmettons demeure un outil supplémentaire pour les corps policiers. Souvent, la petite information transmise de façon anonyme sert de motif pour l'émission d'un mandat d'arrestation ou permet de corroborer une information d'enquête. C'est le petit morceau qui manque pour faire débloquer une enquête ou la relancer », indique Tom McConnell.

Ce dernier rappelle que Échec au crime demeure une centrale d'informations criminelles.

« Pour les crimes en progression, il faut contacter le 9-1-1 ou les corps policiers », rappelle Tom McConnell.

Au Québec, la région de Granby s'avère être un endroit où la publicité et les informations transmises à Échec au crime sont parmi les plus imposantes au Québec.

« Ça marche très fort dans ce secteur. À Sherbrooke, la règlementation nous interdit de nous afficher. Notre organisation est issue de Crime Stoppers, qui est très fort aux États-Unis et au Canada anglais. C'est en 2012 que nous avons adopté l'appellation Échec au crime ici », explique le président sortant de cet organisme qui compte environ 35 bénévoles.

Il est possible de joindre Échec au crime au 1 800 711-1800 ou par Internet à www.echecaucrime.com.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer