Deux ans de prison pour avoir abusé d'un bébé de trois mois

Alexandre Houle passera les deux prochaines années derrière... (Collaboration spéciale, Éric Beaupré)

Agrandir

Alexandre Houle passera les deux prochaines années derrière les barreaux.

Collaboration spéciale, Éric Beaupré

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yanick Poisson
La Tribune

(Drummondville) Le Drummondvillois Alexandre Houle a été condamné à deux ans d'emprisonnement pour avoir glissé son pénis dans la bouche d'un bébé de trois mois dont il avait la garde le 5 février 2015.

Selon les faits mis en preuve, l'homme de 34 ans, qui gardait l'enfant d'un couple d'amis, aurait placé un préservatif sur son pénis avant de l'enfoncer dans la bouche de sa victime. C'est à ce moment que le condom s'est détaché et est venu obstruer les voies respiratoires du bambin, nécessitant un appel au 9-1-1 et l'intervention des services d'urgence.

Constatant la scène avec stupéfaction, les ambulanciers ont avisé la Direction de la protection de la jeunesse qui a fait une intervention auprès des parents et des autorités. C'est à ce moment qu'on a procédé à l'arrestation d'Alexandre Houle.

Au moment de la commission de son crime, l'accusé, qui oeuvrait au CSSS Drummond à titre de préposé aux bénéficiaires en plus d'être aux études à temps plein au Cégep de Drummondville, présentait certains problèmes personnels.

« Il s'agit d'une première offense et elle est difficile à expliquer. Mon client a super bien collaboré et il a même permis aux enquêteurs d'apprendre des faits qu'ils n'auraient pas appris autrement. C'est difficile de comprendre ce qui a pu se passer, même les spécialistes responsables de l'examen sexologiques n'ont pas réussi à comprendre », affirme l'avocat de l'accusé, Me Jasmin Laperle.

Houle venait de terminer une relation amoureuse de sept années qui a laissé des traces. C'est d'ailleurs en pyjama qu'il s'est présenté chez son couple d'amis pour garder le bambin. Les parents savaient que leur ami avait des problèmes, mais ils ne s'imaginaient évidemment pas qu'il se livrerait à de tels gestes.

« Ce n'est pas une excuse, il n'y a pas d'excuse pour expliquer de tels gestes. Il semble toutefois qu'il était dans une mauvaise passe de sa vie et c'est dans ce contexte qu'il s'est livré à ces actes », ajoute le criminaliste.

Initialement accusé d'agression sexuelle, Houle a plaidé coupable à une accusation de contact sexuel sur un individu de moins de 16 ans. En plus de ces deux années d'emprisonnement, il sera assujetti à une probation de deux ans et verra interdit d'entrer en contact avec des mineurs pour les dix prochaines années. Le nom d'Alexandre Houle sera également inscrit au registre des délinquants sexuels pour une période de 20 ans.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer