Des commerçants utilisent Facebook pour épingler des voleurs

Le commerce Les Spécialistes de l'électroménager au centre-ville... (Spectre Média, Jessica Garneau)

Agrandir

Le commerce Les Spécialistes de l'électroménager au centre-ville de Sherbrooke a publié sur sa page Facebook, mercredi, un avis de recherche concernant deux individus qui ont fait des tags sur un mur du commerce de la rue Wellington Sud.

Spectre Média, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Les commerçants qui se servent des réseaux sociaux pour retrouver des malfaiteurs qui ont commis du méfait ou des vols à leur place d'affaires se multiplient à Sherbrooke.

Les Spécialistes de l'électroménager au centre-ville de Sherbrooke a publié sur sa page Facebook, mercredi, un avis de recherche concernant deux individus qui ont fait des tags sur un mur du commerce de la rue Wellington Sud. La Brasserie Daniel-Lapointe a utilisé la même stratégie récemment pour retrouver deux clients qui étaient partis du restaurant sans payer leur addition. Le Savoroso avait fait la même chose plus tôt dans après du vandalisme au marché de la gare.

« Pour les plus gros cas, c'est certain que je porte plainte à la police. Les quatre ou cinq fois que des gens partent sans payer par année et que j'en suis certain à partir de mes caméras, je publie une image sur Facebook. C'est vraiment efficace. Lorsque les gens reviennent me payer, j'efface tout. Un homme qui était parti sans payer m'a même offert de faire des travaux pour compenser lorsqu'il est venu me payer », explique Jonathan Lapointe de la Brasserie Daniel-Lapointe du centre-ville de Sherbrooke.

Patrick Pinard de la Boucherie Clément-Jacques signale aussi s'être servi de cette stratégie pour tenter d'épingler des voleurs à l'étalage à quelques reprises.

« En général, j'utilise le canal officiel de la police pour le vol à l'étalage. Dans certains cas, je publie la photo d'un individu sur Facebook quand je suis certain à 100 pour cent du vol. Le vol à l'étalage est un véritable fléau pour nous. Nous avons remarqué une hausse importante des cas de vol avec l'augmentation du prix du boeuf. Il semble même y avoir un réseau à ce chapitre. Je peux vous assurer que certaines personnes peuvent revenir plusieurs fois dans la même journée commettre des vols et ce n'est pas parce qu'ils ont faim », explique M. Pinard.

Il croit que la diffusion sur Facebook est efficace pour démontrer que ses employés et lui gardent à l'oeil les suspects.

« J'utilise Facebook en dernier recours lorsque la police ne peut rien faire pour certains dossiers. Les médias sociaux me servent à passer un message », indique Patrick Pinard.

Si cette méthode d'enquête parallèle peut sembler efficace dans certains cas. Le Service de police de Sherbrooke met en garde relativement aux implications légales de telles démarches.

« C'est une chose à ne pas faire. Il y a un danger à associer le visage d'un individu à un crime qui aurait été commis sans que des accusations soient autorisées ou qu'une plainte soit portée à la police. Il y a un risque d'erreur qui peut entraîner des conséquences légales. Les commerçants doivent éviter de se mettre dans l'eau chaude pour avoir voulu jouer à la police », explique le porte-parole du SPS, Martin Carrier.

Le SPS rappelle que les avis de recherche faits par le SPS sont effectués après qu'une plainte formelle soit prise et qu'une enquête formelle soit effectuée.

« Il arrive que nous devions retirer une telle diffusion après que de nouvelles informations nous dirigent vers une nouvelle piste. Il y a aussi le fait qu'un signalement sur Facebook peut rester public pendant plusieurs années et ressortir même si aucune accusation n'a été portée », souligne Martin Carrier du SPS.

Selon lui, il faut éviter de créer une justice parallèle comme dans le temps du Far West.

« Il faut mettre dans la balance tous les éléments légaux d'une telle diffusion. Nous sommes dans une société de droit qui entraîne certaines contraintes. Notre service des enquêtes demeure la seule option pour résoudre des crimes et traduire l'auteur en justice », rappelle le porte-parole du SPS.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer