Un forcené se rend après cinq heures de siège

L'homme en détresse s'était réfugié sur le toit... (Spectre Média, Jessica Garneau)

Agrandir

L'homme en détresse s'était réfugié sur le toit de la Brasserie Daniel Lapointe, au centre-ville en face du palais de justice de Sherbrooke. Il s'est rendu aux autorités après 5 h de siège.

Spectre Média, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Un homme en crise complètement nu s'est rendu aux autorités après cinq heures de siège, lundi, au centre-ville de Sherbrooke.

Le forcené a accédé au toit d'une partie du bâtiment de la brasserie Daniel Lapointe de la rue King Ouest vers 11 h. Il s'est rendu aux autorités un peu avant 16 h sous le regard de plusieurs badauds qui ont passé l'après-midi à suivre le dénouement de cette affaire.

« L'individu était dévêtu et lançait des objets aux passants. La rue King Ouest a été fermée par mesure de sécurité. Nous avions de la difficulté à entrer en contact avec l'homme parce qu'il semblait être intoxiqué », explique le porte-parole du Service de police de Sherbrooke, Martin Carrier.

Plusieurs policiers, pompiers et ambulanciers paramédicaux se sont déplacés pour négocier avec l'individu, bien connu des autorités pour ses problèmes en matière de santé mentale.

Le négociateur du SPS a passé plusieurs heures à discuter avec l'individu. Peu à peu, le forcené semblait reprendre ses esprits et répondre aux demandes des policiers.

« Dans de telles situations, le temps demeure notre principal allié. Nous voulions qu'il se rende calmement. Nous ne voulions rien précipiter. Il ne fallait pas provoquer l'urgence. L'individu s'est calmé puis s'est rendu. Il n'était pas armé », explique le porte-parole du SPS.

Les autorités étaient cependant prêtes à toute éventualité.

« Nous avions tous les outils d'intervention possibles. Notre Groupe d'intervention était aussi sur place », mentionne Martin Carrier.

L'individu a été transporté au CHUS pour que son état soit évalué.

« Nous ne savons pas encore si des accusations seront portées contre lui », indique Martin Carrier du SPS.

Du déjà-vu

Cette opération majeure sur une artère névralgique de Sherbrooke n'est pas sans rappeler celle réalisée en février 2015 à l'intersection King-Wellington.

Un forcené avait tenu les autorités en haleine pendant douze heures après avoir allumé un incendie dans son logement du centre-ville de Sherbrooke.

L'homme de 41 ans souffrant vraisemblablement de problèmes de santé mentale avait causé tout un émoi en forçant la fermeture de l'intersection névralgique King-Wellington.

L'apparition de fumée à l'entretoit de l'édifice de la rue King Ouest avait forcé les pompiers à asperger le logement de l'individu, puis les membres du Groupe d'intervention du Service de police de Sherbrooke à entrer de force dans le logement. Si les policiers avaient alors maintenu le siège pendant douze heures, c'est que l'individu avait dans un premier temps aspergé son logement d'essence et qu'il était armé d'un sabre et d'un répulsif à ours.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer