Le présumé incendiaire en maison de thérapie

L'incendiaire allégué Guillaume Bélanger a été confié à... (Archives, La Tribune)

Agrandir

L'incendiaire allégué Guillaume Bélanger a été confié à une maison de thérapie pour traiter ses problèmes de dépendance.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) L'incendiaire allégué Guillaume Bélanger a été confié à une maison de thérapie pour traiter ses problèmes de dépendance.

Bélanger aurait allumé sept incendies à Sherbrooke dans la nuit du 16 au 17 septembre dernier.

Le juge Conrad Chapdelaine de la Cour du Québec a consenti à remettre Bélanger en liberté, mais en lui imposant de rester 24 heures par jour, sept jours par semaine en maison de thérapie et de respecter tous les règlements de cet endroit.

L'avocat de la défense Me Marc-André Champagne de l'aide juridique et le procureur aux poursuites criminelles Me Claude Robitaille se sont entendus sur diverses autres conditions de remise en liberté pour Bélanger dont celles de ne pas consommer de drogue et d'alcool.

En début de semaine, Guillaume Bélanger avait été déclaré apte à faire face aux procédures judiciaires.

L'homme de 25 ans fait face à sept accusations d'incendie criminel et méfait de moins de 5000 $.

Son dossier reviendra devant le tribunal le 24 novembre prochain.

La victime de l'accident mortel identifiée

Le coroner Yvon Garneau a procédé à l'identification de l'homme qui a perdu la vie mardi après-midi, sur l'autoroute Jean-Lesage à la hauteur de la sortie 173 à Drummondville. Il s'agit de John Andréopoulos 56 ans de Laval.

Une autopsie a été ordonnée afin de connaître les causes du décès. Rien n'explique pour l'instant la perte de contrôle du véhicule.

Le quinquagénaire roulait en direction ouest sur l'autoroute 20 lorsqu'il a quitté la voie asphaltée pour heurter de plein fouet le mur d'un viaduc. Les pompiers du Service de sécurité incendie de Drummondville ont été appelés sur les lieux à 14 h 16 afin d'intervenir à l'aide des pinces de désincarcération. Ils ont extirpé la victime de la voiture afin que les ambulanciers puissent l'amener à l'hôpital Sainte-Croix où son décès a été constaté.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer