Roxane Trépanier-De La Bruyère relance sa pétition

Roxane Trépanier-De La Bruyère... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Roxane Trépanier-De La Bruyère

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Près d'un an après avoir lancé une pétition pour que les victimes d'actes criminels soient représentées par avocat, Roxane Trépanier-De La Bruyère revient à la charge.

Elle veut déposer sa pétition auprès des députés provinciaux Karine Vallières et Luc Fortin pour faire bouger les choses.

« Il y a eu des réactions négatives de certaines personnes lorsque j'ai lancé la pétition. Cependant, j'ai décidé de ne pas me laisser faire et de continuer à faire la promotion du droit des victimes. Il y a plus de 650 personnes qui me soutiennent. Je veux qu'une loi protège les victimes d'actes criminels », soutient Roxane Trépanier-De La Bruyère.

La semaine dernière, la diffusion de la reconstitution des événements dont elle a été victime à Thetford Mines en 2013 à l'émission Lien fatal au canal D l'a replongé dans ces événements.

« Les ressemblances avec les comédiens sont frappantes. Voir cette reconstitution m'a fait replonger dans ces événements que je veux oublier. Je réentends encore

les paroles qu'il prononçait », explique Roxane Trépanier-De La Bruyère.

Le père de son garçon, Michaël Asselin, a été condamné à 35 mois de prison à Thetford Mines pour l'avoir braquée, elle et ses enfants, avec une arme à feu prohibée, chargée. Asselin avait aussi été reconnu coupable de menaces de mort sur ses enfants et de possession d'arme prohibée avec des munitions.

« Je dois me rendre à la commission des libérations conditionnelles à la fin octobre. C'est une étape importante parce que je veux que de conditions soient imposées. S'il est remis en liberté, je ne veux pas qu'il puisse venir à Sherbrooke ». Estime la Sherbrookoise qui sait qu'ultimement son agresseur sera libéré de prison au début de 2017.

La femme de 30 ans a vécu difficilement les lendemains de cette agression et des procédures judiciaires.

« J'ai été traitée pour un choc post-traumatique. J'en vis encore des répercussions. Cette pétition pour les victimes d'actes criminels me permet en quelque sorte de tourner de façon positive cet événement négatif que j'ai vécu », mentionne Roxanne Trépanier-De La Bruyère.

Pour promouvoir sa cause, Roxane Trépanier-De La Bruyère a créé le groupe Facebook : « Soutien aux victimes d'actes criminels » et la pétition électronique est disponible au : http://www.petitions24.net/obtenir_un_projet_lois_pour_les_victimes_dacte_criminels. Il est possible d'y signer la pétition à cet endroit.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer