L'exhibitionniste du mont Bellevue apte à comparaître

Mario Bégin a été confié à une maison... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Mario Bégin a été confié à une maison de thérapie par le tribunal afin de tenter de vaincre ses problèmes d'alcool.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Mario Bégin a été confié à une maison de thérapie par le tribunal afin de tenter de vaincre ses problèmes d'alcool.

Accusé d'exhibitionnisme, Mario Bégin a d'abord été déclaré apte à faire face aux procédures judiciaires intentées contre lui.

Le juge Conrad Chapdelaine de la Cour du Québec l'a ensuite libéré sous de sévères conditions dont celle de rester 24 heures par jour, sept jours par semaine à la maison de thérapie.

Il sera interdit à Mario Bégin de consommer de l'alcool et de se trouver dans des parcs, écoles, garderie ou tout droit où pourraient se trouver des personnes de moins de 16 ans.

Il devra aussi prendre sa médication et prendre rendez-vous avec un psychiatre.

L'exhibitionniste allégué a été arrêté le 17 septembre alors qu'il flânait à proximité d'une troupe scoute au parc du mont Bellevue.

Mario Bégin possède un antécédent en matière d'action indécente pour des événements survenus en 2015. En juillet dernier, une probation de deux ans lui avait été imposée à la suite de son plaidoyer de culpabilité.

Le dossier de Mario Bégin a été reporté au 16 novembre.

William Déry règle ses comptes avec la justice

William Déry a réglé ses comptes avec la justice en plaidant coupable à des accusations en lien avec le leurre informatique et la pornographie juvénile.

Les avocates au dossier, Me Kim Dingman en défense et Me Marie-Ève Lanthier pour le ministère public, ont demandé que des rapports sexologiques ainsi que présentenciel soient préparés dans cette affaire.

Devant la juge Claire Desgens de la Cour du Québec, lundi au palais de justice de Sherbrooke, Déry a reconnu des gestes de leurre informatique d'enfant, de possession de pornographie juvénile et d'incitation à des contacts sexuels.

L'homme de 18 ans a approché trois jeunes filles de 11 à 13 ans par un site de clavardage sur Internet.

Si les conversations initiales étaient anodines, elles ont pris une tournure sexuelle au fil du temps.

Déry a envoyé des photos à connotation sexuelle et aurait demandé aux jeunes victimes alléguées de lui en envoyer. Des photos correspondant à la pornographie juvénile ont été trouvées dans son ordinateur.

Lors de son interrogatoire Déry s'était décrit comme un manipulateur et avait mentionné aux policiers que la pédophilie demeure légale dans certains pays.

Il avait alors mentionné que son médecin considérait qu'il était un manipulateur et qu'il faisait croire ce qu'il voulait aux gens. Il a aussi ajouté qu'il estimait qu'il n'y avait pas de problème pour un homme d'avoir des relations sexuelles avec un enfant de 8 ans s'il était consentant. Il a aussi ajouté avoir fait des recherches selon lesquelles la pédophilie était légale dans certains pays. Des peines minimales s'appliquent dans certains de ses dossiers.

Le moment des observations sur la peine dans ce dossier sera fixé le 9 janvier 2017.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer