Exclusif

Son fils de 5 ans abandonné sur le coin d'une rue

Maude Roy, une jeune maman de Drummondville, a... (Photo collaboration spéciale Éric Beaupré)

Agrandir

Maude Roy, une jeune maman de Drummondville, a craint pour la sécurité de son fils Koolthert, cinq ans, lorsqu'elle a appris qu'il avait quitté le service de garde de son école à bord d'un autobus. L'enfant est finalement descendu du véhicule scolaire à trois coins de rue de chez lui, et a réussi à retrouver son chemin jusqu'à la maison.

Photo collaboration spéciale Éric Beaupré

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Drummondville) Maude Roy a eu droit à toute une surprise, lundi en fin de journée, lorsqu'elle s'est présentée au service de garde de l'école Pie X de Drummondville afin de récupérer Koolthert, son petit garçon de cinq ans.

Contrairement à ce qui avait été entendu, son fils avait été placé dans un autobus et avait quitté le service de garde depuis près d'une heure. Le coeur de la maman n'a fait qu'un tour. Elle s'est mise à angoisser et a évidemment paniqué.

«On m'a amené à la direction et j'ai crié : il est où mon gars? J'étais vraiment inquiète. Je ne savais pas où ils devaient le débarquer. On m'a dit que les chauffeurs avaient comme mandat de ne pas laisser un enfant si ses parents n'étaient pas là pour l'accueillir et qu'on allait le ramener au service de garde. Ça m'a rassuré», raconte-t-elle.

Pour une raison où une autre, le conducteur de l'autobus n'a pas respecté la consigne et a laissé l'enfant à trois coins de rue de chez lui. Pour se rendre à la résidence, si toutefois il la retrouvait, le jeune garçon de cinq ans devait traverser la rue à quelques reprises.

«Une chance que mon garçon est allumé. Il a été en mesure de dire au chauffeur où il habitait.»


Lorsqu'elle est revenue chez elle, rongée par l'inquiétude, la mère de famille a aperçu son fils sur le balcon de la voisine. Cette dernière l'avait accueilli et offert une collation en attendant que quelqu'un lui ouvre la porte de sa demeure.

«Une chance que mon garçon est allumé. Il a été en mesure de dire au chauffeur où il habitait et une fois sur le coin de la rue, il a réussi à reconnaître les lieux et à se diriger vers la maison», soupire Mme Roy.

Des excuses

Maude Roy a eu droit à des excuses de la part des responsables du service de garde. Il semble que la situation soit attribuable à une erreur administrative, l'information transmise au téléphone par la maman ne se serait pas rendue sur le terrain.

«J'avais dit que je viendrais le chercher plus tard les lundis et mardis parce que j'ai des cours qui se sont ajoutés au cégep. Koolthert n'a jamais pris l'autobus et ce n'est pas lundi qu'il devait commencer. Je ne l'ai jamais inscrit au transport scolaire. Je me demande comment une telle chose peut se produire», s'interroge-t-elle.

Si elle accepte de parler publiquement de cette situation difficile, c'est afin d'éviter que d'autres parents ne vivent pareille inquiétude.

«Lorsque je suis allé le porter le lendemain, je dois admettre que j'ai eu du mal à m'en aller. La confiance, c'est difficile, dit-elle. Heureusement, il n'y a pas eu de conséquence dramatique, ça aurait pu être pire. J'espère que ça les fera réfléchir sur leur façon de procéder».

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer