Un individu accusé d'agression armée au parc Victoria

À la suite de la rupture de son... (Archives, La Tribune)

Agrandir

À la suite de la rupture de son fils avec une jeune femme, Qurbani aurait décidé de le venger en s'en prenant au nouveau conjoint de la jeune femme ainsi qu'à son père.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Nasir Ahmad Qurbani a été accusé de voies de fait causant des lésions et harcèlement contre un père et son fils au parc Victoria de Sherbrooke.

L'individu de 59 ans a comparu devant la juge Claire Desgens de la Cour du Québec.

À la suite de la rupture de son fils avec une jeune femme, Qurbani aurait décidé de le venger en s'en prenant au nouveau conjoint de la jeune femme ainsi qu'à son père. C'est ce dernier âgé de 58 ans qui aurait subi les blessures les plus importantes.

Des accusations concernant le fils qui aurait aussi été touché par le couteau utilisé ont été portées, soit voies de fait et harcèlement criminel. Une accusation de délit de fuite a aussi été déposée devant le tribunal.

La procureure aux poursuites criminelles Me Nathalie Robidoux s'est opposée à la remise en liberté de l'accusé.

Le directeur de l'Association éducative transculturelle de l'Estrie Shah Ismatullah Habibi connaît les deux familles impliquées dans cette affaire.

« Ces deux familles sont établies ici depuis plus de dix ans. Je ne connaissais pas de conflit entre elles. Ce n'est aucunement un crime d'honneur. Ça semble être une bagarre qui a dégénéré. Ce sont des gestes qu'il faut condamner. Un crime d'honneur doit impliquer un membre masculin d'une famille qui commet un acte à l'endroit d'une femme qui a déshonoré sa famille », explique M. Habibi.

Le directeur de l'Association interculturelle Mohamed Soulami explique que le crime d'honneur est un code culturel rattaché à un pays ou même une région donnée.

« Les définitions peuvent varier d'une région à l'autre, mais font référence à l'honneur d'une famille. Il y a toute la notion de laver l'honneur en se faisant justice soi-même. Ce type de geste doit être condamné », estime M. Soulami.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer