L'incendiaire présumé envoyé en psychiatrie

Arrêté dimanche, Guillaume Bélanger a été confié par... (Spectre Média, Frédéric Côté)

Agrandir

Arrêté dimanche, Guillaume Bélanger a été confié par le tribunal aux soins des psychiatres du CHUS afin que son aptitude à faire face aux procédures judiciaires soit évaluée.

Spectre Média, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'incendiaire qui aurait sévi la fin de semaine dernière à Sherbrooke se retrouve en psychiatrie légale.

Guillaume Bélanger a été confié par le tribunal aux soins des psychiatres du CHUS afin que son aptitude à faire face aux procédures judiciaires soit évaluée.

Son avocat Me Marc-André Champagne de l'aide juridique, représenté par Me Benoît Gagnon, a demandé à la juge Claire Desgens de la Cour du Québec de reporter le dossier d'une semaine, le temps que l'évaluation psychiatrique soit faite.

Devant la juge Desgens, Bélanger, la tête rasée et vêtu d'un t-shirt noir et vert, a donné son accord d'un signe de la tête affirmatif lorsque son avocat a demandé qu'une évaluation psychiatrique soit ordonnée.

Le procureur aux poursuites criminelles Me Régis Juneau-Drolet a autorisé sept chefs d'accusation d'incendies criminels contre Guillaume Bélanger. Il s'oppose à sa remise en liberté.

L'individu de 25 ans a été arrêté dimanche matin par le Service de police de Sherbrooke.

Les événements en cause sont survenus dans la nuit du 16 au 17 septembre. Les incendies auraient été allumés entre 22 h 21 et 2 h dans la nuit de vendredi à samedi.

Un premier incendie s'est déclaré sur la rue Denault à 22 h 21, puis sur les rues Montréal, Terrill, Murray, Conseil et Ontario, selon des intervalles allant de 10 à 40 minutes.

Deux cabanons, deux bâtiments, l'église Eckankar de la rue Montréal ainsi que des bacs de recyclage ont été endommagés.

Guillaume Bélanger n'est pas connu des milieux policiers.

Une autre accusation de méfait de moins de 5000 $ a aussi été autorisée contre Guillaume Bélanger. Cet événement serait survenu avant la série d'événements survenus dans la nuit de vendredi à samedi dernier.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer