Les Hells de Sherbrooke enterraient leur fortune

Avec la libération de prison récente de sept... (Spectre Média, Jessica Garneau)

Agrandir

Avec la libération de prison récente de sept membres de ses membres, le chapitre de Sherbrooke pourrait renaître de ses cendres

Spectre Média, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Les Hells Angels du chapitre de Sherbrooke étaient riches, tellement qu'il leur fallait enfouir des millions sous terre.

Les membres du club de motards auraient enterré 45 millions $ dans des chaudières de plastique dans le sol de terrains et des bois leur appartenant.

Selon ce que rapporte Le Journal de Montréal, les Hells avaient trouvé ce moyen pour cacher des sommes au fisc.

On cite notamment des déclarations faites aux policiers par l'ex-Hells Angel sherbrookois Sylvain Boulanger devenu le « délateur à 2,9 millions $ » de l'opération SharQc.

Boulanger a révélé que l'argent comptant avait été camouflé par 18 motards. Ceux-ci auraient enterré entre 200 000 $ et 10 M$ dans la région estrienne.

Depuis plus de 30 ans, les Hells Angels des Cantons-de-l'Est faisaient de même pour éviter de se faire saisir leur fortune dans des comptes bancaires, aurait mentionné Boulanger. Les chaudières en plastique ne pouvaient pas être retrouvées par les détecteurs de métal des policiers, lit-on dans le reportage du quotidien montréalais.

Le chapitre réactivé

Ces informations sont dévoilées alors qu'on apprend la section estrienne des Hells Angels pourrait renaître de ses cendres. Avec la libération de prison récente de sept membres du chapitre de Sherbrooke à la suite de réductions de peine consenties par la Cour d'appel du Québec dans le dossier SharQc, plusieurs observateurs s'entendent sur cette possibilité.

À la fin juillet, lors d'un rassemblement des Hells Angels à Ottawa, aucune veste du chapitre de Sherbrooke n'a été aperçue. Toutefois, la fin des peines pour Georges Beaulieu, Jacques Émond, Richard Ouellet, Pierre Ouellette, Normand Théorêt, Yvon Rodrigue et Pierre Rodrigue pourrait le réactiver.

Rappelons que 35 membres en règle du groupe de motards criminalisés, dont une quinzaine de Sherbrooke, s'étaient adressés à la Cour d'appel du Québec en novembre 2015 pour retirer leur plaidoyer de culpabilité de complot général pour meurtre enregistré dans le dossier SharQc. Des réductions de peine de six à huit ans ont été accordées à la suite d'une entente entérinée par le tribunal, mercredi.

Nomads ontariens

Plus tôt cette semaine, on apprenait dans La Presse que des membres des Nomads de l'Ontario auraient empiété sur le territoire de certains motards québécois, dont des membres des Hells Angels de Sherbrooke. Certains Nomads ontariens n'auraient pas prévu la fin soudaine et rapide du procès des Hells de Sherbrooke.

La Presse a appris que la douzainede membres de cette section installée en banlieue d'Ottawa se serait fait ordonner récemment par l'organisation de fermer le local du rang Piperville, à Carlsbad Springs.

Un photographe du journal Le Droit a constaté que les crânes ailés qui ornaient la clôture et les mots « Hells Angels Nomads » qui surplombaient le toit de la bâtisse principale lors du rassemblement de la fin juillet avaient été enlevés.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer