Claude-Auguste Piant demeure détenu

Âgé de 61 ans, Claude-Auguste Pitan, qui a... (Spectre Média, Jessica Garneau)

Agrandir

Âgé de 61 ans, Claude-Auguste Pitan, qui a quitté en France pour venir rejoindre une adolescente de 15 ans de Sherbrooke, demeurera détenu jusqu'au règlement de son dossier devant la justice canadienne.

Spectre Média, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Le Français Claude-Auguste Piant, accusé de divers crimes de nature sexuelle, demeurera détenu jusqu'au règlement de son dossier devant la justice canadienne.

L'individu de 61 ans, arrêté à Sherbrooke le 11 septembre dernier au lendemain de son arrivée au Canada, a renoncé à la tenue de son enquête sur remise en liberté, jeudi, au palais de justice de Sherbrooke.

C'est par un « oui, monsieur » que Piant a confirmé au juge Conrad Chapdelaine de la Cour du Québec qu'il acceptait de renoncer à sa liberté jusqu'à la fin des procédures judiciaires.

« L'accusé a convenu que le juge le garderait détenu jusqu'à la fin des procédures judiciaires. Le juge a ordonné sa détention », explique la procureure aux poursuites criminelles, Me Joanny Saint-Pierre.

Piant aurait tout quitté en France pour venir rejoindre une adolescente de 15 ans de Sherbrooke. Il avait loué un logement dans l'ouest de Sherbrooke.

Piant, qui résidait à Chaillon dans la région de la Lorraine, aurait eu le temps de rencontrer la victime alléguée avant son arrestation.

Des accusations d'agression sexuelle, de contacts sexuels et d'incitation à des contacts sexuels contre une mineure ont été portées pour la journée du 10 septembre 2016.

Piant doit aussi répondre d'accusations de leurre informatique d'enfants, incitation à des contacts sexuels, d'avoir rendu accessible du matériel sexuellement explicite dans le but de de commettre des gestes à caractère sexuel ainsi que production et possession de pornographie juvénile entre mai 2015 et septembre 2016.

Plusieurs de ces accusations sont passibles de peines minimales de détention d'une année de prison ferme.

Piant aurait rencontré la jeune victime alléguée sur un site de jeux vidéo en ligne en 2015. Il y aurait eu une centaine d'échanges d'images à caractère sexuel et de discussions sur les réseaux sociaux. Le suspect a été retrouvé par les parents de la victime sur le terrain de leur résidence. Les parents de la victime alléguée dans cette affaire assistaient d'ailleurs à la suite des procédures judiciaires, jeudi, au palais de justice de Sherbrooke,

« J'attends la communication de la preuve complète dans le dossier. Il est trop tôt pour savoir ce que nous ferons dans le dossier », explique l'avocat de la défense, Me Jean-Guillaume Blanchette.

Le dossier a été reporté au 26 septembre prochain.

Sur son profil Facebook le 6 septembre, Claude-Auguste Piant avait annoncé son départ vers le Canada.

« Mon client ne s'attendait pas à se faire incarcérer. Le processus judiciaire est pénible pour lui, mais il fait face à la musique », mentionne Me Blanchette.

Le journal l'Est Républicain en France rapporte que l'arrestation de Piant a été accueillie avec étonnement par les personnes qui le connaissaient à Chaillon.

« Il m'a dit qu'il allait rejoindre une jeune femme. Je savais qu'elle était plus jeune que lui, je me suis dit 30 ans, mais là, 15 ans, c'est de la folie ! C'est évident que cela allait lui attirer des emmerdes. », a expliqué un habitant de l'endroit au quotidien régional français.

Le journal principalement diffusé en Lorraine et en Franche-Comté rapporte que Claude-Auguste Piant est un retraité de l'armée de l'air.

Toujours selon l'Est Républicain, le fils de Piant rapporte que son père ne traversait pas une période facile. « Il voulait recommencer sa vie là-bas, il était en contact avec quelqu'un. », rapporte le média français qui ajoute que le fils ne s'est d'ailleurs jamais posé la question de savoir quel âge avait la femme qu'allait rejoindre son père. Il ne croit pas que son père puisse être un cyberprédateur « Je crois à une histoire d'amour, ça arrive à tout le monde d'être perdu, de ne pas savoir ce qu'on fait ou de ne pas se rendre compte. Je ne sais peut-être pas tout. On apprendra peut-être de mauvaises ou de bonnes nouvelles ? »

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer