Le chapitre des Hells pourrait renaître de ses cendres

Avec la libération de prison de sept membres du chapitre de Sherbrooke à la... (Archives La Tribune, Jessica Garneau)

Agrandir

Archives La Tribune, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Avec la libération de prison de sept membres du chapitre de Sherbrooke à la suite de réductions de peine consenties par la Cour d'appel du Québec dans le dossier SharQc, la section estrienne des Hells Angels pourrait renaître de ses cendres.

S'il n'y avait aucune trace du chapitre sherbrookois à la fin juillet lors d'un rassemblement des Hells Angels à Ottawa où aucune veste des chapitres de Québec et de Sherbrooke n'avait été aperçue, la fin des peines pour Georges Beaulieu, Jacques Émond, Richard Ouellet, Pierre Ouellette, Normand Théorêt, Yvon Rodrigue et Pierre Rodrigue pourrait le réactiver.

Trente-cinq membres en règle du groupe de motards criminalisés, dont une quinzaine de Sherbrooke, s'étaient adressés à la Cour d'appel du Québec en novembre 2015 pour retirer leur plaidoyer de culpabilité de complot général pour meurtre enregistré dans le dossier SharQc. Des réductions de peine de six à huit ans ont été accordées à la suite d'une entente entérinée par le tribunal, mercredi.

«La plupart de ceux qui ont fini de purger leur peine sont maintenant en liberté. Ils se retrouvent libres sans aucune condition. Ils ont purgé l'intégrale de leur peine. Ce sont des gens qui sont extrêmement soulagés d'être libérés de prison. Ils sont aussi surtout heureux que l'État reconnaisse l'abus des procédures même s'ils étaient accusés dans des dossiers en lien avec les motards criminalisés. Quant à ceux qui sont toujours détenus, les réductions de peines pourraient accélérer les choses dans le processus de libération conditionnelle», explique l'avocate de la défense Me Mylène Lareau.

Une douzaine de membres en liberté

Les 35 personnes reliées aux Hells Angels basaient leur appel sur la décision en arrêt des procédures rendue en octobre 2015 par le juge James Brunton de la Cour supérieure dans le dossier des frères Sylvain et François Vachon, Claude Berger, Michel Vallières et Yvon Tanguay. Ces cinq individus reliés au chapitre de Sherbrooke ont été libérés des accusations pour lesquelles ils subissaient leur procès devant jury en raison d'un abus des procédures.

Une douzaine de membres en règle du chapitre de Sherbrooke se retrouvent maintenant en liberté sans aucune condition.

Dans une entrevue accordée à La Tribune en 2015 avant la libération de tous ces individus, le spécialiste du renseignement du Service de police de Sherbrooke (SPS) mentionnait que le chapitre de Sherbrooke des Hells Angels était toujours gelé. Il expliquait qu'un minimum de six membres devaient être en liberté et sans condition pour qu'un chapitre soit actif. Si le chapitre de Sherbrooke ne remplissait pas ces critères à l'époque, c'est maintenant le cas.

Crédit: Imacom\ La Tribune: Jessica GarneauJournaliste : René-Charles... (Imacom: Jessica Garneau) - image 2.0

Agrandir

Crédit: Imacom\ La Tribune: Jessica GarneauJournaliste : René-Charles QuirionOpération policiere rue King Ouest près de Jacques-Cartier interception Hell's Angel

Imacom: Jessica Garneau

«À l'affut»

Le SPS ne veut toutefois pas confirmer que le chapitre de Sherbrooke est de retour.

«C'est certain qu'avec la libération de plusieurs personnes reliées à ce groupe criminalisé qui sont reliées à la région de Sherbrooke, nous suivons la situation de près. Nos patrouilleurs, enquêteurs et spécialistes du renseignement criminel demeurent à l'affut des changements sur le terrain et de l'évolution du marché», explique le porte-parole du SPS, Martin Carrier.

Sans faire de lien avec les activités criminelles des Hells Angels, le Service de police de Sherbrooke remarque depuis le printemps 2015 sur son territoire une hausse des personnes et groupes qui s'y associent.

Le 6 mai 2015, un convoi composé de membres en règle des Hells Angels, d'un prospect ainsi que des gens associés aux Red Devils et aux Deimo' s Crew avaient été interpellés sur la rue King Ouest. Ces manifestations reliées aux Hells Angels étaient les premières à être recensées depuis l'opération SharQc d'avril 2009.

Des spécialistes du renseignement criminel du Service de police de Sherbrooke s'étaient déplacés lors du rassemblement de l'été 2016 à Ottawa.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer