Un homme abattu à St-Cyrille: les policiers formés pour tirer au corps

David Bouffard, 41 ans de Saint-Cyrille-de-Wendover, a été... (Photo collaboration spéciale Éric Beaupré)

Agrandir

David Bouffard, 41 ans de Saint-Cyrille-de-Wendover, a été  abattu par des policiers, vendredi en fin de soirée.

Photo collaboration spéciale Éric Beaupré

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SAINT-CYRILLE-DE-WENDOVER) Le décès de David Bouffard, cet homme de 41 ans de Saint-Cyrille-de-Wendover abattu par des policiers, vendredi en fin de soirée, a suscité passablement d'intérêt sur les réseaux sociaux. Plusieurs s'interrogent à savoir s'il aurait été possible de lui épargner la vie en lui tirant dans un bras ou une jambe, plutôt qu'au thorax.

Dans ce cas précis, il revient aux enquêteurs du Bureau des enquêtes indépendantes et du service de police de Montréal de déterminer si les patrouilleurs ont agi convenablement.

De façon générale, toutefois, lorsqu'ils se retrouvent dans une position où leur vie est en danger, les policiers sont formés pour tirer dans ce que la conseillère en communications de l'École nationale de police de Nicolet, Andrée Doré, appelle le « centre-masse ».

Le centre-masse, c'est cette partie du corps qui comprend le torse et le ventre, c'est la partie la plus volumineuse que le tireur a le moins de chance de rater, non pas pour tuer, mais pour sauver sa peau.

Depuis la tragédie de la rue Saint-Jean-Baptiste, La Tribune a tenté d'obtenir de l'information supplémentaire en provenance de la Sûreté du Québec, du Service de police de la Ville de Sherbrooke, de l'École nationale de police de Nicolet et des différents cégeps, mais chaque fois c'est la loi du silence qui s'applique.

« Lorsqu'il y a une enquête en cours nous n'accordons pas d'entrevue, même si ce n'est pas en lien directement avec une cause, nous souhaitons éviter que des rapprochements soient faits », tranche Mme Doré, confirmant tout de même au passage la théorie associée au centre-masse.

Rappelons que les policiers de la Sûreté du Québec de Drummondville sont intervenus sur les lieux d'une altercation entre un homme et une femme vendredi vers 21 h.

À un certain moment, David Bouffard a tenu des propos menaçants, puis s'est rué sur les patrouilleurs armés d'un couteau. Les policiers ont fait feu, atteignant leur victime de deux balles au thorax. Bouffard est décédé de ses blessures un peu plus tard à l'hôpital Sainte-Croix.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer