La prison pour l'enseignante qui vivait une histoire d'amour avec une élève

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) L'histoire d'amour illégale entre une adolescente et son enseignante d'une école privée de Sherbrooke a connu son dénouement, mercredi, avec l'incarcération de cette dernière.

La jeune femme de 25 ans a été condamnée à une peine de détention de six mois moins un jour, après avoir plaidé coupable à une accusation d'agression sexuelle par voie sommaire.

Résignée, les yeux rougis, la jeune femme a accepté le verdict de la justice avant de prendre le chemin de la détention.

Sa relation amoureuse avec l'adolescente a été initiée par l'élève alors qu'elle lui enseignait en 2015.

Dans le récit des faits, le juge Conrad Chapdelaine de la Cour du Québec a mentionné que l'accusée avait résisté tant bien que mal aux avances de l'adolescente avant de succomber à l'été 2015.

Le juge a indiqué que la relation amoureuse avec l'adolescente et les relations sexuelles qui s'en sont suivies sont illégales au sens du code criminel.

«Étant donné son âge, l'adolescente ne pouvait consentir», a indiqué le juge Chapdelaine.

Le tribunal a retenu que cette relation amoureuse avait pris naissance alors que l'enseignante se trouvait en situation d'autorité.

«Je n'ai pas de doute que le processus judiciaire a un impact considérable tant sur l'accusée, la victime que sur leurs familles respectives. Je souhaite que les prochains mois pourront leur permettre de retrouver la sérénité», a mentionné le juge Chapdelaine.

La peine  a été imposée à la suite d'une suggestion commune de l'avocat de la défense Me Patrick Fréchette et de la procureure aux poursuites criminelles Me Joanny Saint-Pierre.

Une probation de deux ans a été imposée à la jeune femme de 25 ans. Son nom sera inscrit au registre des délinquants sexuels pour dix ans et elle ne pourra se trouver d'emploi ou faire du bénévolat à des endroits où elle pourrait se trouver en situation de confiance envers des personnes de moins de 16 ans.

La jeune femme ne pourra communiquer avec l'adolescente ou sa famille au cours de sa détention.

Escortée vers la détention, l'ancienne enseignante a salué ses parents présents dans la salle au palais de justice de Sherbrooke.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer