Fillette de 33 jours secouée

L'individu de 21 ans accusé de voies de fait graves sur sa fillette de 33 jours... (Archives La Tribune, Jessica Garneau)

Agrandir

Archives La Tribune, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) L'individu de 21 ans accusé de voies de fait graves sur sa fillette de 33 jours subit son enquête sur remise en liberté au palais de justice de Sherbrooke.

Une ordonnance de non-publication empêche d'identifier l'accusé pour ne pas identifier la victime alléguée.

L'enquête sur remise en liberté était frappée d'une ordonnance de non-publication empêchant de révéler les faits de la cause. C'est le juge Érick Vanchestein de la Cour du Québec préside cette enquête sur remise en liberté.

L'accusé n'a pas eu de réaction particulière lors de la présentation de la preuve par l'enquêteur des crimes majeurs de la Sûreté du Québec.

Vêtu d'une camisole noire, il n'a réagi de façon évidente qu'au moment de la présentation des photos de la victime alléguée par la procureure aux poursuites criminelles Me Joanny Saint-Pierre.

Ce dernier a été appelé à la barre par son avocate Me Audrey Parizeau dans le cadre de cette étape des procédures.

Les événements en cause seraient survenus le 3 août dernier au domicile du couple à Lambton. On ne craindrait pas pour la vie de l'enfant. 

La direction de protection de la jeunesse (DPJ) est intervenue dans le dossier et a retiré la garde aux parents. 

Le suspect dans cette affaire a été arrêté le 6 août par les enquêteurs du service des crimes majeurs de la Sûreté du Québec. 

L'accusation de voies de fait grave passible d'une peine d'incarcération maximale de 14 ans.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer