Il plaide coupable et obtient de nouvelles accusations

Au moment où il plaidait coupable à des accusations de production de cannabis... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Au moment où il plaidait coupable à des accusations de production de cannabis et possession de stupéfiants à Cowansville, Jonathan Charron a été formellement accusé de gestes semblables à Ascot Corner.

L'individu a plaidé coupable à des accusations de production de 52 plants de cannabis et boutures et de possession de méthamphétamine le 20 août 2015, de possession de 59 comprimés de méthamphétamine le 30 mars 2015 ainsi qu'un bris de conditions en mars 2016 au palais de justice de Sherbrooke.

C'est un appel au 9-1-1 fait dans la soirée du 30 mars 2015 qui a placé Charron sur le radar de la Sûreté du Québec. Les policiers se sont présentés à son domicile à la suite d'une dispute avec sa mère. Lorsque les policiers sont arrivés, il a tenté de prendre la fuite, mais a été rapidement rattrapé. Les comprimés de stupéfiants ont été trouvés sur lui.

En août 2015, la SQ est retournée à son domicile pour y saisir des plants de cannabis de même que le matériel hydroponique servant à la production. Charron a brisé ses conditions de ne pas entrer en contact avec sa mère en étant pris à son domicile en mars 2016. Lorsque les policiers se sont présentés au domicile de la mère de Charron, celui-ci a pris la fuite dans les bois. C'est un maître-chien de la SQ qui a permis de le localiser.

Devant le juge Érick Vanchestein de la Cour du Québec, il a plaidé coupable à toutes ces accusations au palais de justice de Sherbrooke.

Une fois les plaidoyers enregistrés et les observations sur la peine reportés au 15 novembre prochain, de nouvelles accusations ont été déposées contre lui pour une affaire de stupéfiants.

Jonathan Charron a été formellement accusé de production d'une cinquantaine de plants de cannabis, possession de cannabis dans le but d'en faire le trafic, possession de méthamphétamine et voies de fait à Ascot Corner.

Charron a été arrêté le 2 août dernier dans cette affaire.

C'est Me Karine Arsenault-Sirois de l'aide juridique qui défend l'accusé, alors que Me Marie-Andrée Ayotte représente le ministère public dans ce dossier.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer