Un homme de Bury meurt en abattant un arbre

Les policiers ont été appelés à intervenir à... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Les policiers ont été appelés à intervenir à la suite de cet accident survenu à l'érablière familiale du chemin Sand Hill vers 10 h 15.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Un homme de 61 ans de Bury a perdu la vie lors de travaux d'abattage d'arbres dans une érablière de Bury.

Sylvio Fortin abattait des arbres avec une autre personne lorsqu'il a été heurté à la tête par le tronc de l'arbre, mardi.

« Durant les manoeuvres, l'homme a été frappé à la tête par l'arbre. L'homme est décédé à la suite des blessures », explique la porte-parole de la Sûreté du Québec en Estrie, Aurélie Guindon.

Les policiers ont été appelés à intervenir à la suite de cet accident survenu à l'érablière familiale du chemin Sand Hill vers 10 h 15.

« Un enquêteur et un technicien du service d'identité judiciaire se sont rendus sur place pour procéder à des expertises sur les lieux. Aucun élément suspect n'a été relevé », assure la porte-parole de la SQ.

Le coroner a ouvert une enquête pour faire la lumière à la suite de cet accident mortel.

Étant donné qu'il ne s'agit pas d'un accident de travail, la Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNECSST) ne fera pas d'enquête.

Cependant, selon la CNECSST, plus de 1 000 travailleurs du secteur forêts et scieries se blessent chaque année et quatre perdent la vie dans le secteur des forêts annuellement au Québec.

90 jours de prison discontinus pour conduite dangereuse

Un homme de Sherbrooke passera ses 90 prochains dimanches derrière les barreaux pour une affaire de conduite dangereuse.

Pascal Carrier-Shaker a reconnu, mercredi au palais de justice de Sherbrooke, des accusations de conduite dangereuse et d'entrave au travail des policiers.

Les événements qu'il a reconnus devant le juge Gilles Lafrenière de la Cour du Québec se sont déroulés vers 23 h le 15 mai 2013.

Carrier-Shaker a été pris en chasse pour ne pas avoir respecté le corridor de sécurité lors d'une interception des policiers sur la rue Wellington.

Au lieu d'obtempérer lorsque les policiers ont actionné les gyrophares, l'individu a pris la fuite.

Au cours de sa fuite, il n'a pas respecté de nombreuses règles au Code de la sécurité routière (CSR) en roulant rapidement et en dépassant sur une ligne double notamment. Pascal Carrier-Shaker a perdu le contrôle de son véhicule au cours de cet épisode. Il a ensuite pris la fuite à pied avant d'être rattrapé par les policiers.

L'accusé possède un antécédent judiciaire en matière de conduite avec les capacités affaiblies, fuite des policiers et entrave.

En plus de la peine de détention discontinue de 90 jours, Pascal Carrier-Shaker s'est vu interdire de conduire pour une année. Il sera aussi soumis à une probation.

Cette peine a été imposée à la suite d'une suggestion commune de l'avocate de la défense Me Karine Poliquin et de la stagiaire au DPCP Laurence Bélanger, qui représentait le ministère public au nom de la procureure aux poursuites criminelles au dossier, Me Joanny Saint-Pierre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer