Un octogénaire accusé d'agression sexuelle

Un octogénaire fait face à la justice pour... (123RF)

Agrandir

Un octogénaire fait face à la justice pour une affaire d'agression sexuelle sur une résidente dans un CHSLD d'East Angus.

123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Un octogénaire fait face à la justice pour une affaire d'agression sexuelle sur une résidente dans un CHSLD d'East Angus.

En visite à l'établissement pour voir sa soeur, l'homme se serait retrouvé dans la chambre d'une inconnue.

Il aurait aperçu une résidente dans sa chambre en train de remonter ses sous-vêtements. Il serait alors entré dans la chambre et aurait posé une main sur la cuisse de la dame et l'autre à l'intérieur de son soutien-gorge.

C'est dans cette position suggestive qu'un membre du personnel du CHSLD aurait surpris l'homme en juillet 2015.

Une plainte a été formulée à la Sûreté du Québec dans cette affaire.

L'accusation d'agression sexuelle par voie sommaire a été autorisée en novembre dernier.

Le dossier de l'homme de 80 ans était de retour devant le juge Érick Vanchestein de la Cour du Québec, mardi, au palais de justice de Sherbrooke.

Un peu sourd, l'accusé semblait perdu devant le tribunal.

Son avocate Me Karine Poliquin, qui remplaçait Me Michel Dussault mardi, a mentionné au tribunal qu'elle attendait un rapport médical concernant l'état de santé cognitif de son client avant de prendre une position officielle dans le dossier.

Elle a convenu avec la procureure aux poursuites criminelles Me Joanny Saint-Pierre de reporter le dossier au 13 octobre pour prise de position dans le dossier.

Cette affaire n'est pas sans rappeler le reportage publié dans La Tribune en août 2015 relativement à une problématique semblable au pavillon Argyll de Sherbrooke.

Le reportage levait le voile sur des situations d'attouchements sur des femmes âgées par des résidents masculins et avait obtenu des échos à travers la province, jusqu'à l'Assemblée nationale. La Tribune mettait en lumière les cas d'agressions sexuelles répétées au pavillon Argyll, un CHSLD de Sherbrooke. La situation avait été dénoncée par des employés, déplorant que les victimes ne soient pas davantage protégées.

L'ancien ministre de la Santé Réjean Hébert, l'actuel ministre de la Santé Gaétan Barrette et l'avocat spécialisé en droit de la santé Me Jean-Pierre Ménard avaient réagi à ce type de situation dans le cadre du reportage.

« Une agression sexuelle entre les murs d'un Centre d'hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) demeure un acte criminel. Les victimes sont de vraies victimes », avait alors souligné Me Ménard.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer