On ne badine pas avec la sécurité au SPS

Stéphane Arsenault déplore avoir reçu une contravention pour... (Spectre Média, Julien Chamberland)

Agrandir

Stéphane Arsenault déplore avoir reçu une contravention pour avoir insulté un policier dans l'exercice de ses fonctions et ne pas avoir reçu d'excuse parce que son étui ne contenait pas une arme, mais bel et bien une canne à pêche comme il l'affirmait aux policiers.

Spectre Média, Julien Chamberland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Un citoyen de Sherbrooke a appris à ses dépens que le Service de police de Sherbrooke ne badine pas avec la sécurité, même si l'étui que les autorités soupçonnent être une arme longue s'avère dans les faits un étui à canne à pêche.

Stéphane Arsenault circulait sur la rue King Ouest, lundi matin, lorsqu'il a été interpellé par des patrouilleurs du SPS à la hauteur de la rue Wilson.

« Je revenais de pêcher avec ma canne à pêche dans son étui. J'étais passé par les bureaux de Revenu Québec au Delta pour y déposer des documents avant l'ouverture. Les policiers sont arrivés à ma hauteur et ont arraché mon sac que je tenais en bandoulière. J'ai alors traité le policier ''d'ostie de twit'' parce qu'il ne me laissait pas enlever l'étui pour lui montrer que c'était bel et bien une canne à pêche que je trainais avec moi », déplore M. Arsenault.

Le porte-parole du SPS confirme la vérification de cet étui après une plainte formulée par une citoyenne.

« Nous avons reçu une plainte concernant un homme qui demandait à quelle heure ouvrait le bureau de Revenu Québec avec un étui couleur camouflage qui ressemblait à celui pouvant contenir une arme longue. Les policiers ont repéré le suspect à proximité des lieux. Ils ont procédé à l'immobilisation de l'individu au sol. Dans de tels cas où l'on soupçonne la présence d'une arme à feu, il faut procéder à une intervention sécuritaire le plus rapidement possible étant donné le degré de dangerosité », explique le porte-parole du SPS, Martin Carrier.

Ce dernier mentionne que les policiers ne peuvent présumer des intentions d'un individu décrit comme portant une arme tant que des vérifications n'ont pas été faites.

Stéphane Arsenault déplore avoir reçu une contravention pour avoir insulté un policier dans l'exercice de ses fonctions et ne pas avoir reçu d'excuse parce que son étui ne contenait pas une arme, mais bel et bien une canne à pêche comme il l'affirmait aux policiers.

« Je n'avais pas l'air d'un terroriste. J'ai un poisson sur mon t-shirt, j'avais l'air d'un pêcheur et mon étui est conçu spécialement pour les cannes à pêche. Ils ont tiré sur mon sac et l'ont fouillé sans permission. C'est certain que je vais contester mon ticket », assure M. Arsenault.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer