Un automobiliste extirpé des flammes

Après avoir perdu la maîtrise de son véhicule... (Spectre Média, Julien Chamberland)

Agrandir

Après avoir perdu la maîtrise de son véhicule sur la rue Saint-François Nord, un homme de 79 ans s'est retrouvé sur le toit dans le fossé vendredi soir. Pris au piège dans sa voiture, il doit la vie à un bon Samaritain qui s'y est pris à deux reprises pour l'en extirper malgré le brasier.

Spectre Média, Julien Chamberland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Un homme a échappé à la mort vendredi soir lorsqu'un Sherbrookois s'est porté à sa rescousse et l'a extirpé de son véhicule en flammes.

René roy... (Spectre Média, Julien Chamberland) - image 1.0

Agrandir

René roy

Spectre Média, Julien Chamberland

Le conducteur de 79 ans, aussi originaire de Sherbrooke, circulait seul sur la rue Saint-François Nord en direction du centre-ville de Sherbrooke vers 21 h lorsqu'il a perdu la maîtrise de son véhicule dans une courbe non loin de la rue de Boulogne. Son automobile a effectué des tonneaux et s'est retrouvée sur le toit dans le fossé avant de prendre feu. Pris au piège dans sa voiture, l'homme doit la vie au courage de René Roy, qui s'y est pris à deux reprises pour le sortir de son impasse.

« Quand je suis arrivé, la moitié de l'auto était en flammes, relate M. Roy, qui était en route pour retourner chez lui. Ça ressemblait plus à un feu d'herbe au début, puis j'ai réalisé que c'était un véhicule. J'ai lâché un cri pour voir s'il y avait quelqu'un. J'ai entendu de quoi d'assez franc. Je suis descendu, mais là le feu était pris sérieusement dans l'auto. Par en arrière, le monsieur me disait ''dans la valise''. Elle était écrasée, mais j'ai vu un petit trou sur le coin par où il pourrait sortir. »

Après que René Roy a tendu la main au conducteur, le feu s'est cependant propagé à l'ensemble du véhicule, le forçant à effectuer un sinistre choix.

« Ça ne marchait pas. Je me suis retiré parce que le feu était rendu trop gros. Je le laissais, parce que je me disais que c'était moi ou lui. C'était rendu trop dangereux. Ça n'a pas été de gaieté de coeur, mais j'avais déjà abandonné. »

« Puis le vent s'est mis à souffler dans le sens contraire et a repoussé les flammes. Ça m'a donné une chance. Je l'ai agrippé par la tête et j'ai réussi à le sortir du trou. Je l'ai traîné sur une vingtaine de pieds jusqu'au moment où un autre homme est venu m'assister. J'étais à bout. Les secours sont ensuite arrivés. »

Le chef aux opérations du Service de protection contre les incendies de Sherbrooke, Alexandre Groleau, n'a pas hésité à qualifier l'acte de René Roy « d'héroïque ».

« On reconnaît son courage. Ce n'est pas banal, c'est un acte héroïque et il a beaucoup de mérite. À notre arrivée, c'était un embrasement généralisé du véhicule. On a constaté qu'il n'y avait personne dans le véhicule et qu'il avait été sorti par un bon Samaritain. Si le conducteur était demeuré à l'intérieur, il n'avait aucune chance. »

Les pompiers n'ont mis que quelques minutes à maîtriser le brasier. Le conducteur a finalement été transporté à l'hôpital, où on ne craint pas pour sa vie. Une enquête est en cours pour déterminer les circonstances de l'accident. La conduite avec les facultés affaiblies n'est pas écartée.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer