Retour à la case départ pour Alexandre Martineau

À la lumière du rapport psychiatrique déposé vendredi... (Archives, La Tribune)

Agrandir

À la lumière du rapport psychiatrique déposé vendredi au tribunal, le juge Conrad Chapdelaine de la Cour du Québec a déclaré que l'accusé Alexandre Martineau était inapte à comparaître.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Retour à la case départ dans le dossier d'Alexandre Martineau accusé de tentative de meurtre sur ses grands-parents sur la rue Mézy à Sherbrooke en juin dernier.

La procureure aux poursuites criminelles Me Nathalie Robidoux ... (La Tribune, René-Charles Quirion) - image 1.0

Agrandir

La procureure aux poursuites criminelles Me Nathalie Robidoux 

La Tribune, René-Charles Quirion

Me Marc-André Champagne de l'aide juridique ... (La Tribune, René-Charles Quirion) - image 1.1

Agrandir

Me Marc-André Champagne de l'aide juridique 

La Tribune, René-Charles Quirion

À la lumière du rapport psychiatrique déposé vendredi au tribunal, le juge Conrad Chapdelaine de la Cour du Québec a déclaré que l'accusé était inapte à comparaître.

À la demande de la poursuite, le juge Chapdelaine a émis une ordonnance de traitement forcé afin de le rendre apte à faire face aux procédures judiciaires.

« Mon client n'a pris aucune médication à l'hôpital et n'a jamais pris de médication antidépresseur ou antipsychotique au cours de sa vie. Ce sera un premier essai de médication. Les psychiatres ont des hypothèses, mais aucun diagnostic n'a été fait », indique Me Marc-André Champagne, de l'aide juridique, qui a insisté pour que l'accusé demeure détenu à l'hôpital.

Me Champagne avait demandé au tribunal que son client soit évalué en vertu de l'article 16 du Code criminel après la comparution de son client concernant ces graves accusations. Alexandre Martineau avait été confié au département de psychiatrie légale du CHUS en juillet afin que soit évaluée sa responsabilité criminelle pour troubles mentaux lors des événements de tentative de meurtre qui lui sont reprochés. Le tribunal en arrive maintenant à la conclusion qu'il était inapte à faire face aux procédures judiciaires.

« J'affirme depuis le début des procédures judiciaires que mon client est inapte à comparaître. Dans le premier rapport psychiatrique déposé en juin, la psychiatre Martine Bérubé avait mentionné qu'on ne pouvait le déclarer inapte parce qu'elle n'avait pas assez d'information. Deux mois plus tard, passés à l'hôpital presque exclusivement, l'équipe traitante est arrivée à la conclusion que mon client était inapte. Ce n'est pas une question de collaboration ou de non-collaboration, mais ce sont des signes évidents de problème de santé mentale qui font en sorte que mon client n'est pas capable d'interagir ni avec moi ni avec l'équipe traitante. Il présente des signes clairs de maladie mentale », soutient Me Marc-André Champagne de l'aide juridique.

Le regard vide, Alexandre Martineau a assisté aux procédures judiciaires sans présenter de réaction ou regarder vers les membres de sa famille présents dans la salle d'audience, vendredi, au palais de justice de Sherbrooke.

« Ce n'est pas parce qu'un accusé est apte qu'il ne peut pas devenir inapte au cours des procédures judiciaires. Nous avons reçu un rapport de la psychiatre Karine Forget avec la conclusion qu'il est inapte. Nous n'avons pas pu obtenir de rapport de l'évaluation de son état mental au moment du crime. La psychiatre demande un traitement forcé pour que l'on puisse en arriver à faire un rapport plus étoffé qui va éclairer tout le monde sur l'état mental de l'accusé au moment du délit», explique la procureure aux poursuites criminelles, Me Nathalie Robidoux.

L'individu de 21 ans fait face à des accusations de tentatives de meurtre et de voies de fait graves à l'endroit de son grand-père et de la conjointe de ce dernier sur la rue Mézy à Sherbrooke, le 9 juin dernier.

Le grand-père de 75 ans et la grand-mère de 73 ans ont vraisemblablement été attaqués à l'arme blanche par le jeune homme de 21 ans à leur domicile.

Le dossier a été reporté au 4 octobre prochain. Si le traitement imposé à Alexandre Martineau démontre son efficacité avant ce moment et que l'accusé devient apte à faire face aux procédures judiciaires, le dossier sera ramené avant cette date devant le tribunal.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer