Feu d'une remorque: les réflexes d'un employé permettent d'éviter le pire

Le réflexe d'un employé de Ressorts Charland de sortir une remorque en flammes... (Spectre Média, René Marquis)

Agrandir

Spectre Média, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Le réflexe d'un employé de Ressorts Charland de sortir une remorque en flammes dans la cour de l'entreprise a permis d'éviter le pire, jeudi après-midi, à Sherbrooke.

Luc Pépin s'affairait à faire des travaux de soudure sur une semi-remorque remplie de ballots de papier compressés lorsque le papier s'est embrasé par conduction de chaleur provoquant cet incendie au 4342 du boulevard Bourque vers 13 h 30.

«Nous avons senti de la fumée provenant de la remorque. J'ai tenté d'éteindre avec un extincteur. J'ai rapidement constaté que ça ne fonctionnait pas, alors j'ai décidé de sortir la remorque dehors», explique M. Pépin.

Pendant que Luc Pépin tirait la remorque à l'extérieur, le feu l'a enflammée.

«J'appelais le 9-1-1 pendant que je tirais la remorque vers l'extérieur. Le feu a brûlé les boyaux permettant de raccorder la remorque au tracteur qui permettait de la tirer. Aussitôt que j'ai réussi à sortir la remorque, je l'ai laissée brûler», explique Luc Pépin qui cumule plus d'une quinzaine d'années d'expérience chez Ressorts Charland.

Le chef aux opérations au Service de protection contre les incendies de Sherbrooke (SPIS) Alexandre Groleau soutient que cette intervention de l'employé a permis d'éviter d'importants dégâts au bâtiment des Ressorts Charland.

«La remorque est une perte, mais le bâtiment n'a subi aucun dommage. Le geste de sortir la remorque à l'extérieur a sauvé le bâtiment », croit Alexandre Groleau du SPIS.

Lors de l'appel initial, le SPIS a déployé une vingtaine de pompiers provenant de quatre casernes pour intervenir lors de cet incendie.

«Il y avait une fumée noire apparente à partir des deux casernes à proximité. Nous avons déployé rapidement une deuxième alarme. Grâce au réflexe de l'employé, nous avons pu finir l'extinction du feu à l'extérieur sans affecter le bâtiment., Si la remorque était restée à l'intérieur, nous aurions dû intervenir dans un endroit où se trouvent des produits dangereux», constate Alexandre Groleau

La remorque a été éventrée pour permettre d'éteindre les ballots de papier avec une mousse.

«C'est la première fois de ma carrière qu'un incendie se déclare dans une remorque lorsque nous effectuons des travaux de soudure. Mon boss est bien content qu'un incendie soit évité et moi aussi. Nous allons tous pouvoir garder notre emploi», se réjouit cet employé de Ressorts Charland où travaillent une trentaine de personnes.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer