Michée Roy : des menaces de mort dans le box des accusés

Michée Roy pourrait devoir faire face à de... (Archives La Tribune, Jessica Garneau)

Agrandir

Michée Roy pourrait devoir faire face à de nouvelles accusations, cette fois de menaces de mort.

Archives La Tribune, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Alain Goupil</p>
Alain Goupil
La Tribune

(Sherbrooke) Déjà en attente de procès pour avoir secoué mortellement son bébé âgé de 69 jours, Michée Roy pourrait devoir faire face à de nouvelles accusations, cette fois de menaces de mort.

Des plaintes en ce sens ont été déposées vendredi à la Direction de la Sécurité dans les palais de justice (DSPJ) par le beau-père de l'accusé, Pierre Paquin, ainsi que son beau-frère André Paquin. Leurs plaintes ont été déposées au DSPJ immédiatement après le passage de l'accusé devant le tribunal, vendredi matin.

Selon ce qu'il a été possible d'apprendre, Roy, alors qu'il se trouvait dans le box des accusés, aurait effectué un geste ou un signe à l'égard de son beau-père et de son beau-frère, gestes que ces derniers ont interprété comme des menaces de mort.

À la DSPJ, on confirme que des plaintes de menaces de mort ont bel et bien été déposées auprès d'un des constables spéciaux chargés de la sécurité dans les salles d'audience. Ces plaintes font présentement l'objet d'une enquête dont le résultat sera soumis à la Direction des poursuites criminelles et pénales (DPCP). Après analyse, celle-ci déterminera si des accusations seront portées ou non contre Roy.

Âgé de 35 ans, Michée Roy fait face à des accusations de voies de fait graves, d'homicide involontaire coupable et d'omission de se confirmer à une condition à la suite de la mort de son bébé âgé de 69 jours.

Les faits reprochés se sont produits le 1er janvier 2015 à Richmond. La jeune victime aurait été secouée avant de plonger dans un état neurovégétatif. Le bambin est décédé six mois plus tard, dans la nuit du 6 au 7 juin.

Roy n'en est pas à ses premiers démêlés avec la justice, ayant été condamné à 59 reprises depuis 1998.

Les avocats de la défense, Me Félix-Antoine Doyon, et de la poursuite, Me Marie-Line Ducharme, ont convenu de reporter le dossier au 30 août afin de fixer une date à laquelle le procès de Roy pourra commencer.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer