«Ça aurait pu être moi», dit une ex-conjointe de Toupin Houle

Jean-François Toupin Houle à sa sortie du palais... (La Tribune, Yanick Poisson)

Agrandir

Jean-François Toupin Houle à sa sortie du palais de justice de Victoriaville jeudi.

La Tribune, Yanick Poisson

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Victoriaville) Des proches de Jean-François Toupin Houle l'ont décrit comme un homme au potentiel violent. Pas jusqu'à tuer, mais ils le considéraient comme un peu hors norme.

Stéphanie Allard... (Photo tirée de Facebook) - image 1.0

Agrandir

Stéphanie Allard

Photo tirée de Facebook

Stéphanie Allard a fréquenté l'accusé au cours de la dernière année. La relation s'est mal terminée et elle s'est réjouie de ne pas avoir goûté à sa médecine.

« Ça aurait pu être moi, car la semaine passée il m'a débloqué [de Facebook] pour carrément m'insulter à cause d'une histoire avec sa dernière ex. Il me haïssait alors oui ça aurait pu être moi », réalise-t-elle, horrifiée.

Elle et ses proches ont eu droit à tout un choc lorsqu'ils ont appris que Toupin Houle était le principal suspect dans le meurtre violent de Judith Elemond Plante, survenu mercredi dans un appartement de la rue de l'Aqueduc à Victoriaville. L'ancienne amie de coeur de l'accusé a réagi violemment.

« Qu'est-ce qui s'est passé dans sa tête, son ex l'a laissé et il a décidé de passer sa frustration en tuant une mère de famille. Tu sais, quand ton ex est un psychopathe... », continue-t-elle.

La jeune femme, qui réside Trois-Rivières, s'est promis de faire un peu plus attention aux hommes qu'elle choisira de fréquenter à l'avenir. Elle estime que cette situation sert en quelque sorte de leçon.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer