La mort d'un nouveau-né demeure inexpliquée

Le bébé a été retrouvé sans vie dans... (Archives La Tribune)

Agrandir

Le bébé a été retrouvé sans vie dans un logement de la rue des Ormes à Drummondville en octobre 2015.

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) On ne saura probablement pas ce qui a causé le mort d'un nouveau-né en octobre dernier dans un logement de la rue des Ormes, à Drummondville. Le coroner Yvon Garneau a conclu qu'il s'agissait d'un décès « de cause indéterminée ».

Yvon Garneau... (Archives La Tribune) - image 1.0

Agrandir

Yvon Garneau

Archives La Tribune

Le 21 octobre 2015 au matin, la centrale 911 a reçu un appel concernant une dame ayant accouché d'un bébé mort-né durant la nuit. Selon le rapport du coroner Garneau, le père explique alors que lui et sa conjointe attendaient que les autres enfants du couple soient partis pour l'école pour appeler les autorités.

L'homme et la femme ignoraient que cette dernière était enceinte, ajoute-t-il.

À l'arrivée des ambulanciers, la mère est assise dans le bain et « bébé Charles » ne montre pas de signe de vie. C'est une fois rendu à l'hôpital que son décès est confirmé.

L'examen pratiqué au Laboratoire de sciences judiciaires et de médecine légale de Montréal démontre l'absence de macération et de malformation. De plus, aucune lésion traumatique contributive au décès n'est observée.

L'autopsie ne démontre rien d'anormal non plus. Le pathologiste souligne que l'enfant pourrait être mort, avant, pendant ou après l'accouchement, ajoute le coroner. De plus, comme il y avait de l'eau dans le bain, la noyade n'est pas exclue.

Rappelons qu'une enquête de la Sûreté du Québec a été ouverte à la suite de cet événement. Aucune arrestation n'avait eu lieu.

« En cours d'enquête, les policiers ont constaté que les ordinateurs présents dans la maison où a eu lieu l'événement contenaient des sites de recherches, visités durant l'été 2015, portant sur l'accouchement et sur la façon de couper un cordon ombilical », observe Yvon Garneau.

« Malgré cela, l'existence des accouchements-surprises est bien connue en médecine. Il s'agit de cas exceptionnels, mais qui peuvent s'expliquer de plusieurs façons et qui sont documentés en gynécologie. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer