L'ex-maire de Saint-Cyrille-de-Wendover retrouve sa liberté

Éric Cardinal... (Archives La Tribune)

Agrandir

Éric Cardinal

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Drummondville) L'ex-maire de Saint-Cyrille-de-Wendover Éric Cardinal a retrouvé sa liberté ce week-end, après un peu plus de quatre mois passés derrière les barreaux. Ce dernier affirme avoir eu l'occasion de réfléchir et de prendre les moyens nécessaires pour mettre un arrêt à son parcours criminel.

Le politicien soutient souffrir de maniaco-dépression depuis près d'une dizaine d'années. Il n'a toutefois jamais été en mesure d'accepter sa condition qui lui procurait une montagne russe d'émotions sur une base quotidienne. De ce fait, il ne prenait pas sa médication sur une base régulière et a posé des gestes qu'il regrette aujourd'hui amèrement.

«Plus ça allait et plus mon état s'aggravait, tant physiquement que psychologiquement. J'ai perdu ma femme, la meilleure que je pouvais trouver, et ma famille n'était plus en mesure de me suivre. J'ai perdu aussi de bons amis. J'ai saboté tout ce que j'ai entrepris dans ma vie», admet-il, repentant lors de l'entrevue exclusive offerte à La Tribune.

«Je ne demande rien»

Cardinal estime que son incarcération lui a été salutaire. En plus de bien manger et d'être traité aux petits soins, il a eu l'occasion de réfléchir sur les conséquences de ses gestes. Il a également pris conscience de l'importance de sa médication sur son comportement. Il a l'intention de changer, mais n'a pas l'intention de mendier pour une deuxième chance.

«Je ne demande rien, je prends l'entière responsabilité pour ce que j'ai fait. Je vais faire tout en mon possible pour devenir une meilleure personne, réaliser mes rêves et être un bon père pour mes trois enfants. Ça n'a pas été facile pour eux, je ne veux pas être ce genre de père, ce genre d'exemple», ajoute-t-il.

L'ex-détenu a l'intention de poursuivre l'exploitation de son entreprise Challenge Dek et de venir en aide aux personnes maniaco-dépressives. «Si je peux aider ne serait-ce qu'une seule personne qui se retrouve dans le même état que moi, ma job sera faite», conclut-il.

Rappelons que l'ancien élu a été reconnu coupable de vol, fraude, production et utilisation de faux documents, supposition de personne et bris d'engagement pour des gestes commis entre 2014 et 2016. Selon la dénonciation, il s'est fait passer pour son frère, Marc Cardinal, afin d'obtenir une faveur qu'il n'aurait pas été en mesure d'obtenir en conservant son identité.

Il a également reconnu avoir dépossédé son père, Constant Cardinal, d'une somme d'argent inférieure à 5000 $, à l'aide d'un document contrefait. Aujourd'hui âgé de 41 ans, Cardinal a également été accusé d'avoir commis des vols d'essence dans des stations-service Sonic et Couche-Tard de Drummondville au cours de l'été 2014.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer