Alexandre Martineau évalué sur sa responsabilité criminelle

Alexandre Martineau subira une évaluation psychiatrique concernant sa... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Alexandre Martineau subira une évaluation psychiatrique concernant sa responsabilité criminelle pour troubles mentaux lors des événements de tentative de meurtre qui lui sont reprochés.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Alexandre Martineau subira une évaluation psychiatrique concernant sa responsabilité criminelle pour troubles mentaux lors des événements de tentative de meurtre qui lui sont reprochés.

L'individu de 21 ans fait face à des accusations de tentatives de meurtre et de voies de fait graves à l'endroit de son grand-père et de la conjointe de ce dernier sur la rue Mézy à Sherbrooke, le 9 juin dernier.

Le grand-père de 75 ans et la grand-mère de 73 ans ont vraisemblablement été attaqués à l'arme blanche par le jeune homme de 21 ans à leur domicile.

L'avocat de la défense Me Marc-André Champagne de l'aide juridique a fait cette demande d'évaluation en vertu de l'article 16 du Code criminel, jeudi, au juge Conrad Chapdelaine de la Cour du Québec.

«J'ai demandé au tribunal d'évaluer si mon client était responsable des gestes qu'on lui reproche avoir commis. Plusieurs éléments dans la preuve, plusieurs personnes qui sont intervenues avec mon client depuis son arrestation et même avant les faits ont constaté certaines choses. La piste qui est privilégiée autant par la défense, et je crois par la poursuite et les policiers, demeure pour l'instant que mon client pouvait souffrir d'un trouble mental qui faisait en sorte qu'il n'était pas capable de distinguer le bien et le mal lors des événements», explique Me Champagne.

La procureure aux poursuites criminelles Me Nathalie Robidoux a consenti à cette demande d'évaluation de 30 jours qui sera réalisée par l'équipe de psychiatrie légale du CHUS.

«Après étude de la preuve, il y a des motifs raisonnables et probables qui nous permettent de croire que l'état mental de l'accusé était affecté au moment des délits. Le rapport des psychiatres nous permettra de savoir s'il y a une conclusion à cet effet. Nous prendrons les décisions en conséquence», explique la procureure aux poursuites criminelles.

Martineau n'a pas regardé vers la salle d'audience, jeudi. Il a simplement salué son avocat de la tête en arrivant dans la salle d'audience avant de fixer devant lui pendant la demande d'évaluation.

«Mon client a une problématique de méfiance envers les gens qu'il côtoie à l'hôpital. J'ai bon espoir que mon client va prendre le temps de collaborer. Il n'y a pas de diagnostic posé pour le moment», mentionne Me Marc-André Champagne.

La semaine dernière, Martineau avait été déclaré apte à faire face aux procédures judiciaires.

«L'évaluation concernant la responsabilité criminelle n'est pas le même niveau d'évaluation que l'aptitude à comparaître. L'évaluation qui sera faite est beaucoup plus complexe que celle qui a été réalisée pour l'aptitude», indique Me Robidoux.

Alexandre Martineau demeure détenu en attendant son retour devant le tribunal le 5 août prochain. Son avocat a demandé qu'il soit gardé en psychiatrie durant toute la période de l'évaluation sur la responsabilité criminelle pour troubles mentaux.

«J'espère que mon client va rester à l'hôpital pendant son évaluation et qu'il sera vu sur une base régulière par des psychiatres. Je souhaite qu'ils puissent poser un diagnostic concret et qu'ils pourront travailler avec ce diagnostic pour le reste de la vie de mon client», souhaite Me Marc-André Champagne de l'aide juridique.

Si Alexandre Martineau est déclaré non criminellement responsable, il sera gardé détenu en prison ou en psychiatrie. Son cas serait confié à la commission d'examen des troubles mentaux du tribunal administratif du Québec qui fera des évaluations annuelles de cet individu.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer