Un troisième incendie à la même adresse

L'incendie s'est déclaré mardi vers 19h45 au 4045... (Collaboration spéciale, Éric Beaupré)

Agrandir

L'incendie s'est déclaré mardi vers 19h45 au 4045 du boulevard Saint-Jean-de-Brébeuf, un endroit théâtre de deux autres feux suspects au cours des dernières semaines.

Collaboration spéciale, Éric Beaupré

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Les pompiers ont dû retourner pour une troisième fois en quelques semaines pour un incendie à la même adresse sur le boulevard Saint-Jean-de-Brébeuf à Drummondville.

Cette fois, c'est un duplex qui a été complètement détruit. La Sûreté du Québec (SQ) a ouvert une autre enquête pour un feu considéré comme suspect.

L'incendie s'est déclaré mardi vers 19 h 45 au 4045 du boulevard Saint-Jean-de-Brébeuf, au coin du chemin Tourville. La fumée noire qui se dégageait du violent brasier se voyait à des kilomètres à la ronde.

« La scène de l'incendie a été sécurisée, car c'est considéré comme un feu suspect », confirme Ingrid Asselin, porte-parole de la SQ. « Nous ne connaissons pas la cause pour le moment. »

Personne n'a été blessé, ajoute-t-elle.

Pour sa part, le Service de sécurité incendie de Drummondville a reçu plusieurs appels pour ce feu. Lorsque les premiers véhicules de pompier sont arrivés sur les lieux, des flammes sortaient du toit du bâtiment abritant deux logements.

Le début de l'intervention des pompiers a été compliqué par la présence d'un fil d'Hydro-Québec tombé en avant de la maison, rapporte-t-on. Le combat contre l'élément destructeur a nécessité l'intervention d'une vingtaine de pompiers qui ont mis près de trois heures à maîtriser les flammes.

Personne n'a été blessé par l'incendie qui a lourdement endommagé le bâtiment. Pendant l'intervention, les pompiers de Wickham et Saint-Germain ont porté assistance avec des camions-citernes pour le transport d'eau.

Le dossier a été transféré à la Sûreté du Québec pour enquête.

Le 17 juin dernier, les résidents de cet endroit ont été victimes d'un incendie criminel pour la deuxième fois en moins de deux semaines. Après avoir vu leur camionnette partir en fumée, le 4 juin, c'était autour d'une petite voiture d'être la proie des flammes au cours de la nuit.

Cet événement semblait confirmer que des malfaiteurs avaient des comptes à régler avec les propriétaires de la résidence.

La SQ avait ouvert une enquête relativement à ces deux incendies suspects.

Des témoins ont aperçu un individu rôder à proximité du véhicule stationné à quelques pieds de la demeure et pourraient être en mesure de donner de l'information pertinente en lien avec le suspect. Le véhicule incendié a été remorqué par la Sûreté du Québec aux fins d'analyse.

Rappelons qu'un résident de l'endroit avait été blessé légèrement au cours de l'incident en tentant d'éteindre les flammes. Ce sont finalement les pompiers du Service de sécurité incendie qui ont terminé le travail d'extinction.

Aucune arrestation n'avait eu lieu dans ces dossiers, note Mme Asselin.

Un article de fumeur en cause à Magog

Le service de protection contre les incendies de la Ville de Magog privilégie la thèse de l'article de fumeur mal éteint pour expliquer le violent incendie qui a fait rage mardi en bordure du chemin de la Rivière.

«On pensait que la cause était de nature électrique à un certain moment, mais on croit finalement que c'est un article de fumeur qui est à l'origine de l'incendie. On parle d'une origine accidentelle», déclare Steve Lavoie, capitaine aux opérations au service de protection contre les incendies de la Ville de Magog.

M. Lavoie précise toutefois que l'enquête entreprise pour déterminer les causes du brasier poursuit son cours. On veut déterminer comment l'article de fumeur en cause a pu provoquer un tel sinistre.

Rappelons que seulement deux des 11 logements de l'immeuble incendié ont été épargnés. Le second étage du bâtiment a été complètement détruit par les flammes et l'eau a endommagé plusieurs logements additionnels. Des locataires ont tout perdu en raison du sinistre.

D'autre part, d'après les informations dévoilées par Steve Lavoie, les premiers pompiers arrivés sur les lieux de l'incendie ont mis seulement neuf minutes pour effectuer le trajet entre la caserne et la place de la Gondole.

La victime de la noyade identifiée

On a dévoilé l'identité de l'homme qui a perdu la vie dans les eaux du lac Fraser, mardi matin.

Il s'agit du Magogois de 49 ans Martin Dubois, a rapporté la Régie de police de Memphrémagog mercredi matin.

Rappelons que l'homme a perdu la vie dans une zone de baignade sans surveillance du lac du parc national du Mont-Orford, vraisemblablement victime d'une noyade.

La victime a été conduite au centre hospitalier de Magog où son décès a été constaté.  Avec Jean-François Gagnon

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer