Le feu ravage un immeuble à logements à Magog

Les flammes ont complètement fait disparaître le second... (Spectre Média, Maxime Picard)

Agrandir

Les flammes ont complètement fait disparaître le second étage de la Place de la Gondole, un immeuble de 11 logements situé en bordure du chemin de la Rivière, à Magog. Tout indique que le feu aurait pris naissance sur un balcon et se serait rapidement propagé.

Spectre Média, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Magog) Un incendie majeur a détruit une partie importante d'un immeuble à logements situé en bordure du chemin de la Rivière à Magog mardi. Plusieurs personnes qui habitaient à la Place de la Gondole ont tout perdu lors du sinistre, qui serait de nature accidentelle.

Les pompiers ont été appelés sur les lieux de l'incendie peu avant midi mardi. Ils ont rapidement constaté l'ampleur du défi auquel ils faisaient face. Le feu aurait pris naissance sur un balcon au second étage et se serait rapidement propagé.

La Place de la Gondole compte au total 11 logements. Le feu a fait disparaître le second étage. Et l'eau utilisée par les pompiers a, de toute évidence, provoqué des dommages non négligeables dans quelques appartements additionnels.

« Je m'en allais prendre ma douche et j'ai entendu un fort bruit, raconte Francine Laurin, une des locataires de l'immeuble. J'ai regardé à l'extérieur et j'ai vu des gens qui couraient. J'ai su qu'il fallait que je sorte. »

Le propriétaire de l'immeuble, Jonathan Marleau, regardait le brasier impuissant mardi après-midi. Il ne se trouvait pas à la Place de la Gondole quand le feu a éclaté, mais il a rapidement accouru une fois informé de la situation.

« C'est la première fois que je vis un incendie et je trouve ça vraiment triste. C'est malheureux pour les familles qui se retrouvent à la rue. Heureusement, ça s'est produit en plein jour. Ça aurait pu être beaucoup plus grave si c'était survenu durant la nuit », a fait valoir M. Marleau.

La valeur de l'immeuble incendié avoisinerait un million $. Il était trop tôt, mardi, pour estimer les pertes de façon précise. Le directeur intérimaire du service de protection contre les incendies de Magog, Serge Collins, a cependant reconnu qu'il s'agissait de « dommages importants ».

Selon les informations obtenues auprès de M. Collins, un homme a subi un malaise après l'apparition des flammes. Il a été transporté à l'hôpital par mesure de précaution. Un pompier a également souffert de déshydratation.

Cause

Mardi en fin d'après-midi, le directeur intérimaire du service de protection incendie de la Ville n'était pas en mesure de confirmer la cause exacte du brasier.

« Sur la galerie où ça a commencé, il y avait un barbecue, un pot pour cigarettes et une prise électrique, confie Serge Collins. Ce sont trois éléments qui pourraient être en cause. Cela dit, je ne crois pas que l'explosion d'une bonbonne de propane soit à l'origine des flammes. »

Témoin de la scène, des résidents du secteur ont affirmé que les pompiers sont intervenus tardivement et qu'ils ont mis du temps avant d'attaquer le brasier de manière plus agressive.

« C'est toujours long quand tu attends les pompiers, soutient M. Collins. Dans ce cas, l'incendie est survenu en milieu rural, ce qui change des choses. Mais on a tout de même eu quatre citernes pour nous alimenter. On n'avait pas des gros jets au début. Cela dit, on n'a pas manqué d'eau. »

Une quarantaine de pompiers, provenant de Magog, Sherbrooke et Orford, ont participé à l'opération. Une borne-fontaine située sur le territoire de Sherbrooke a été mise à profit pour combattre le brasier.

Rose Desautels, locataire... (Spectre Média, Maxime Picard) - image 3.0

Agrandir

Rose Desautels, locataire

Spectre Média, Maxime Picard

Francine Laurin, locataire... (Spectre Média, Maxime Picard) - image 3.1

Agrandir

Francine Laurin, locataire

Spectre Média, Maxime Picard

Des résidents sous le choc

Les personnes qui habitaient à la Place de la Gondole, parmi lesquelles des familles avec enfants, étaient sous le choc mardi après-midi. Certaines savaient qu'elles avaient sans doute tout perdu alors que d'autres ignoraient l'ampleur des dommages dans leur logement.

« Je suis chanceuse parce que je suis dans la partie épargnée, confie Rose Desautels, une des locataires de l'immeuble. Il y a sûrement un peu de dommages dans mon appartement. Mais ça n'a rien à voir avec les pertes subies par d'autres. Je trouve ça terrible de penser que des voisins n'ont plus rien. »

Mme Desautels se trouvait au travail lorsqu'on l'a avertie qu'un incendie avait éclaté à la Place de la Gondole. « Je m'en venais sur l'autoroute et je voyais la boucane qui montait dans le ciel. J'espérais que ça ne toucherait pas mon logement », admet-elle.

La jeune femme affirme qu'elle était heureuse à la Place de la Gondole. « C'est un endroit très tranquille où résident des gens très gentils. Le propriétaire de l'immeuble est aussi très coopératif. J'espère pouvoir continuer à vivre ici. »

Ayant habité Ville de Lasalle durant 25 ans, Francine Laurin croyait s'être déniché un petit coin de paradis, à deux pas seulement du lac Magog. « Je suis nouvellement à la retraite. J'étais contente d'avoir trouvé ce bel endroit », révèle-t-elle.

Évidemment, Mme Laurin ne s'attendait pas à vivre une situation semblable. « Je ne sais pas ce que je vais faire maintenant, reconnaît-elle. Mais il faut se raisonner. On est impuissant devant ce genre d'événement.

Le propriétaire de l'immeuble, Jonathan Marleau, ignorait mardi ce qu'il adviendrait de l'immeuble. «On va se donner du temps avant de décider si on reconstruit on pas», a-t-il mentionné

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer