La prison de fins de semaine pour deux petits trafiquants

Deux individus d'Asbestos qui croyaient jouer dans les... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Deux individus d'Asbestos qui croyaient jouer dans les grandes ligues du trafic de cannabis bénéficient de la clémence du tribunal vu le réseau dans lequel ils étaient impliqués.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Deux individus d'Asbestos qui croyaient jouer dans les grandes ligues du trafic de cannabis bénéficient de la clémence du tribunal vu le réseau dans lequel ils étaient impliqués.

Cyrill Mercier et Mathieu Baillargeon-Robert d'Asbestos ont été condamnés à 90 jours de prison à purger les fins de semaine ainsi qu'à une amende de 1000 $ pour ce dernier et à 100 heures de travaux compensatoires pour l'autre.

En imposant la peine à Baillargeon-Robert, le juge Conrad Chapdelaine de la Cour du Québec lui a mentionné que s'il avait la fibre d'entrepreneur, il devrait penser à s'orienter dans un autre domaine.

«Si vous pensiez que la production de cannabis c'était le Klondike, vous devrez changer de voie», a indiqué le juge à l'individu de 22 ans sans antécédent judiciaire.

Ce sont des informations du public qui sont à la base de cette opération policière.

Dans les éléments saisis lors de la perquisition effectuée en juin 2015 à Asbestos, Baillargeon-Robert affirmait que la production qu'ils comptaient mettre en place à Saint-Adrien pourrait leur permettre de toucher quelque 3 millions $.

Une vidéo montre l'un des accusés filmer ladite installation de production de cannabis en montrant le visage des quatre accusés. C'est cet élément qui a permis de relier les quatre individus accusés dans cette affaire.

Jean-Sébastien Saint-Martin, pour sa part, a été condamné à 15 mois de prison, mais pour cette affaire ainsi qu'un autre dossier de production. Luc Blanchette a aussi été condamné à une peine plus clémente.

Les perquisitions effectuées sur la 3e avenue de même que sur la rue Chassé avaient permis de saisir un peu plus de 400 grammes de cannabis, du matériel servant à la production, mais surtout les cellulaires contenant les messages textes de toutes les transactions effectuées par le groupe au cours des deux dernières années.

L'évaluation de la preuve a permis de déterminer que le réseau faisait du trafic à petite échelle à Asbestos.

Mathieu Baillageon-Robert et Cyrill Mercier devront respecter les conditions d'une probation de deux ans. Ils ne pourront notamment pas entrer en contact entre eux et avec les autres coaccusés et ne pas consommer de stupéfiants.

Le juge Chapdelaine a mentionné aux deux accusés condamnés, lundi, qu'ils pouvaient se compter chanceux qu'une telle peine clémente leur soit imposée.

C'est Me Kim Dingman qui défendait les deux accusés. Me Laïla Belgharras représentait le ministère public mais la stagiaire Laurence Bélanger agissait, lundi, pour la poursuite.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer