Un an de prison pour avoir rendu de la porno juvénile accessible

Un individu de 66 ans d'Asbestos a pris le chemin de la prison pour la... (Archives La Tribune, René Marquis)

Agrandir

Archives La Tribune, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Un individu de 66 ans d'Asbestos a pris le chemin de la prison pour la prochaine année en raison de son vice de consommation de pornographie juvénile.

Robert Pruneau a plaidé coupable à des accusations d'avoir rendu accessible, d'avoir accédé et de possession de pornographie juvénile au palais de justice de Sherbrooke.

Le juge Conrad Chapdelaine de la Cour du Québec l'a condamné à la peine minimale pour ce type d'accusation, soit une année de détention ferme à la suite de la suggestion commune de la procureure aux poursuites criminelles Me Joanny Saint-Pierre et de l'avocat de la défense Me Christian Raymond.

Le nom de Robert Pruneau sera inscrit à perpétuité au registre des délinquants sexuels.

À sa sortie de prison, Pruneau devra respecter des conditions dans le cadre d'une probation de trois ans.

Il ne pourra aller dans les parcs où peuvent se trouver des personnes de moins de 16 ans, ne pourra pas accéder à Internet et ne pas être en présence de mineur sans la présence d'une personne au courant de ses antécédents judiciaires.

Pruneau a été arrêté en juin 2015 par le service des enquêtes régionales de la Sûreté du Québec relativement à cette affaire de pornographie juvénile.

Le sexagénaire avait été repéré par le filtre de sécurité relatif à la pornographie juvénile. Il rendait de la pornographie juvénile accessible par des sites de partage de fichiers sur Internet.

Après son arrestation, Robert Pruneau avait avoué aux policiers qu'il consommait de la pornographie juvénile depuis 2012.

La procureure aux poursuites criminelles a mentionné au tribunal que le rapport de perquisition dans ce dossier était accablant notamment en ce qui a trait au partage de vidéos de pornographie juvénile.

Quatre vidéos avaient été trouvées dans l'ordinateur de Pruneau, mais il a mentionné les effacer régulièrement pour éviter que ses petits-enfants les découvrent sur son ordinateur.

Le matériel informatique saisi lors de la perquisition été confisqué par le tribunal.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer