Un corps trouvé dans les décombres

Un corps a été découvert dans les décombres... (Spectre Média, Marie-Lou Béland)

Agrandir

Un corps a été découvert dans les décombres d'un chalet incendié, sur la rue Blais à Ascot Corner. Une enquête a été ouverte par la SQ pour faire la lumière sur les causes du sinistre.

Spectre Média, Marie-Lou Béland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Ascot Corner) Matin rouge à Ascot Corner, alors que deux incendies se sont déclarés à moins de trois heures d'intervalle, dont un mortel dans un chalet de la rue Blais.

Un homme de 54 ans d'Ascot Corner a perdu la vie dans l'incendie de la résidence qu'il occupait derrière le 201 de la rue Blais.

Tant que le corps retrouvé dans les décombres n'aura pas été formellement identifié, la Sûreté du Québec ne veut pas dévoiler son identité.

« Les pompiers ont découvert le corps d'un homme dans les décombres. Il pourrait s'agir de l'homme qui résidait dans le chalet », explique la porte-parole de la Sûreté du Québec en Estrie, Aurélie Guindon.

Une enquête a été ouverte par la SQ pour faire la lumière sur cet incendie mortel.

Un technicien en scènes d'incendie de la SQ se rendra sur place pour faire les analyses nécessaires à l'enquête au cours de la journée.

Le propriétaire du chalet sinistré, mais qui demeure dans la résidence devant ce dernier, était sous le choc.

« Je louais ce chalet depuis quatre ou cinq ans. C'était un homme qui vivait seul et qui n'avait pas d'enfant. Il fumait beaucoup, alors c'est peut-être cela qui explique l'incendie. C'est vraiment triste ce qui lui arrive. Il venait juste de se trouver un nouvel emploi », explique Albert Blais.

Ce dernier a été réveillé par l'intervention des pompiers vers 4 h 45 dans la nuit.

« Le chalet avait seulement une chambre. Il n'y avait même pas l'eau courante, alors le locataire venait souvent ici. C'était un homme très tranquille qui m'aidait avec l'entretien de ma maison et du terrain. C'était un bon ami avec qui je jasais régulièrement », se désole M. Blais.

« C'est tout un choc. Ça me touche parce que ma soeur est décédée de cette façon il y a plusieurs années avec ses enfants. Je suis attristée par ce qui se passe », ajoute la conjointe d'Albert Blais, Rita Carrier.

Le directeur de la région intermunicipale des incendies de la région d'East Angus, Dany Robitaille, explique que l'enquête pour déterminer la cause de l'incendie a été confiée à la Sûreté du Québec.

« Nous en savons très peu concernant la cause de cet incendie. Nous savons que le bâtiment n'était pas alimenté en électricité et en chauffage. On peut penser à un article de fumeur. C'est la Sûreté du Québec qui devra confirmer la cause exacte de cet incendie mortel », mentionne le directeur Robitaille.

Les pompiers revenaient de l'incendie mortel de la... (Spectre Média, Marie-Lou Béland) - image 3.0

Agrandir

Les pompiers revenaient de l'incendie mortel de la rue Blais lorsqu'ils ont été appelés sur la rue Couture vers 7 h 30. 

Spectre Média, Marie-Lou Béland

Une famille à la rue sur la rue Couture

Une résidence de la rue Couture a à Ascot Corner a été complètement détruite par les flammes, mercredi matin.

Les pompiers revenaient de l'incendie mortel de la rue Blais lorsqu'ils ont été appelés sur la rue Couture vers 7 h 30.

« Nous étions en train de remettre les camions en service lorsque nous avons reçu l'appel pour la rue Couture. À notre arrivée, c'était déjà un embrasement généralisé. Tous les occupants étaient sortis, mais nous n'avons pu rien faire pour le bâtiment. Nous avons protégé les bâtiments à gauche et à l'arrière qui étaient menacés de s'embraser aussi par radiation », explique le chef Robitaille.

Martine Fortin et ses trois enfants se trouvaient dans la résidence lorsque l'incendie a pris naissance.

« Nous avons ramassé nos choses et les animaux, puis nous sommes sortis dehors », témoignait avec émotion Mme Fortin sur les lieux de l'incendie.

Carole Boutin allait reconduire ses enfants à l'autobus lorsqu'elle a vu les flammes sur le balcon arrière de ses voisins.

« Il y a eu comme un genre d'explosion, puis le feu a commencé. J'ai couru chez les voisins pour les avertir de sortir rapidement », mentionne Carole Boutin.

La voisine d'en face, Sylvie Huot, a prêté des couvertures et des robes de chambre aux sinistrés.

« J'étais dehors lorsque j'ai entendu un bruit qui n'était vraiment pas familier. Lorsque je me suis retourné, j'ai vu le feu derrière la maison », explique Mme Huot.

Les bénévoles de la Croix-Rouge sont venus en aide à la famille sinistrée pour donner du support en attendant l'intervention de leur assureur.

La cause de l'incendie demeure indéterminée pour le moment.

« Le service des incendies a demandé assistance à la Sûreté du Québec pour déterminer l'origine de l'incendie. Une enquête est en cours et un technicien en scène d'incendie du Service de l'identité judiciaire a été demandé sur place afin de procéder à l'expertise de la scène ». mentionne la porte-parole de la SQ en Estrie, Aurélie Guidon.

Le secteur n'était pas alimenté par des bornes-fontaines, les pompiers de Stoke ont donc été appelés en renfort pour transporter l'eau.

« Nous avons affecté environ 18 à 20 pompiers sur les lieux », explique Dany Robitaille.

Le territoire de la Régie intermunicipale des incendies de la région d'East Angus compte cette municipalité, Ascot Corner et Westbury.

« Dans l'ensemble de notre territoire, nous recevons quatre ou cinq appels par année pour des feux de bâtiments. Ce matin, nous en avons reçu deux appels consécutifs. Nous sommes prêts à intervenir en toutes situations », assure Dany Robitaille.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer