Ronald Nolet condamné à 41 jours de prison

Ronald Nolet... (Photo fournie)

Agrandir

Ronald Nolet

Photo fournie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Ronald Nolet aura passé 41 jours derrière les barreaux pour avoir utilisé un téléphone cellulaire alors qu'il lui était interdit de le faire.

Nolet a plaidé coupable, mardi, à un bris d'engagement devant le juge Érick Vanchestein de la Cour du Québec au palais de justice de Sherbrooke.

Nolet avait été intercepté par la Sûreté du Québec en possession d'un cellulaire, alors qu'il n'avait pas le droit le 12 mai dernier à Disraëli.

La détention provisoire qu'il purge depuis son arrestation a servi de peine.

La décision dans son dossier principal sera prononcée le 14 juillet prochain au palais de justice de Lac-Mégantic.

Nolet fait face à 22 accusations, 20 concernant des délits de nature sexuelle et deux pour des incidents reliés au trafic de stupéfiants.

Il aurait fait six victimes alléguées, deux garçons et quatre filles.

Les accusations envers Nolet font état d'attouchements sexuels, d'incitation à des contacts sexuels, d'exhibitionnisme, d'avoir rendu accessible de la pornographie juvénile, de corruption de moeurs, des gestes posés entre 2010 et 2012, entre autres, et de bris de probation.

Le procès s'est déroulé à huis clos devant le juge Paul Dunnigan de la Cour du Québec.

Il a été remis en liberté sous de sévères conditions en attendant que soit prononcé le verdict pour ces crimes à caractère sexuel. Il doit respecter un couvre-feu entre 18 h et 8 h 30 et doit se présenter une fois par semaine poste de la MRC du Granit de la Sûreté du Québec. Il ne peut pas se trouver sur les territoires de Lac-Drolet et Saint-Sébastien.

Il doit respecter toutes les conditions spécifiques relatives aux délinquants sexuels, dont ne pas se trouver en présence de mineurs, ne pas se trouver seul dans des endroits où pourraient se trouver des personnes de moins de 16 ans et de ne pas utiliser un ordinateur ayant accès à Internet.

C'est Me Isabelle Dorion qui représente le ministère public dans les dossiers de Ronald Nolet, alors que Me Jean-Marc Bénard défend l'accusé.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer