Langlois-Quirion: «Une sentence bonbon gonflée à l'hélium», dit le père d'une victime

Le père de Nicolas Verville s'est vidé le... (La Tribune, Yanick Poisson)

Agrandir

Le père de Nicolas Verville s'est vidé le coeur en sortant de la salle de cour.

La Tribune, Yanick Poisson

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Victoriaville) Le père de Nicolas Verville considère que Jonathan Langlois-Quirion s'en tirera à bon compte si le juge Bruno Langelier adhère à la suggestion commune et impose à l'accusé une peine d'emprisonnement de six ans.

« Je trouve la suggestion déraisonnable. C'est une sentence bonbon gonflée à l'hélium, colère Éric Verville. Ce n'est pas un accident en ce qui me concerne, c'est un geste délibéré, c'est un meurtre. Non prémédité, je l'accorde. »

Le père endeuillé s'en est pris directement à l'accusé, lui disant qu'il n'était pas près de lui pardonner pour son crime. Il a dit espérer que le chauffard croupisse longtemps derrière les barreaux et qu'il ait l'occasion de réfléchir de la gravité de ses gestes.

« Je ne veux pas que la mort de mon fils passe pour rien. C'est un morceau de moi qu'il a arraché. J'aurais préféré perdre un bras que de perdre mon fils », a-t-il lancé dans un cri du coeur.

Nicolas et son père travaillaient ensemble et ils multipliaient les activités conjointes. Depuis la mort du jeune homme, rien n'est plus pareil. « J'ai perdu mon garçon, mon collège de travail et un ami avec qui je faisais des sorties. Je ne suis pas retourné en ski et il y a deux kayaks qui ne servent plus à rien », continue-t-il.

Gabriel Carrier... (La Tribune, Yanick Poisson) - image 2.0

Agrandir

Gabriel Carrier

La Tribune, Yanick Poisson

« Il ne m'a pas écouté »

Gabriel Carrier, pour sa part, savait que Langlois-Quirion était un mauvais conducteur, mais il a tout de même fréquemment accepté d'être son passager. Le 17 septembre, la loi de la probabilité a joué contre lui. Malgré sa requête, le chauffard a effectué une manoeuvre de dépassement dangereuse et il se retrouve depuis avec un sévère handicap des membres inférieurs.

« Je lui ai dit : qu'est-ce que tu fais là, lorsqu'il a appuyé sur l'accélérateur pour dépasser. Le troisième véhicule a ralenti pour nous laisser passer et il n'en a pas profité. Encore une fois, je lui ai demandé d'arrêter, mais il a fait à sa tête. C'était la première fois qu'il ne m'écoutait pas », raconte le jeune homme.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer