Un golfeur succombe à un infarctus

L'ancien maire de Rock Forest Laurent Boudreau a... (Spectre Média, René Marquis)

Agrandir

L'ancien maire de Rock Forest Laurent Boudreau a vu sa journée de golf bouleversée vendredi dernier quand son ami Eugène Rancourt s'est affaissé sur lui au 5e trou. Ce dernier a succombé à un infarctus.

Spectre Média, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Le quatuor d'amis s'était donné rendez-vous pour jouer au golf. Alain Guay, Mel Parsons, Laurent Boudreau et Eugène Rancourt font partie d'un groupe de 24 golfeurs qui joue ensemble chaque semaine depuis plus de 25 ans. Mais le quatuor ne s'est pas rendu au 18e trou samedi dernier. Après avoir frappé un bon coup au 5e trou, Eugène « Gene » Rancourt a fait son grand départ.

Il venait de faire une belle drive et on était remontés dans le cart pendant que Mel se préparait à frapper sa balle. Puis il s'est affaissé sur mon épaule. Je croyais qu'il s'était endormi. Il a respiré encore quelques souffles et il est parti calmement », raconte M. Boudreau qui, désemparé, a tout de suite averti ses deux autres partenaires de golf.

Le hasard a fait en sorte qu'une infirmière, Sylvie Moreau, faisait partie du quatuor qui suivait celui de M. Rancourt sur le terrain du Club de golf de Venise. C'est une question de secondes avant que l'infirmière, qui avait constaté que le coeur de M. Rancourt s'était arrêté, commence les manoeuvres de réanimation.

« Mme Moreau a embarqué dans le cart et on s'est rendus rapidement au chalet. Les premiers répondants sont arrivés. Puis l'ambulance. Mais Gene n'avait pas de chance. Personne ne pouvait lui sauver la vie », explique M. Boudreau.

Les partenaires de golf venaient de parler de leur âge. À 76 ans, M. Rancourt s'était peut-être senti jeune en comparaison à M. Boudreau, 83 ans. Mais sa condition cardiaque l'a trahi. Il a succombé à un infarctus.

« Comme on disait dans le temps qu'on allait à la messe, Dieu vient comme un voleur », résume M. Boudreau.

Lorsque l'ambulance a quitté le club de golf, un des premiers répondants, un pompier de Magog, a mentionné à M. Boudreau qu'il aurait peut-être besoin de parler de ce qu'il venait de vivre.

« Quand je me suis couché le soir, j'ai pensé que j'étais chanceux d'être là. Parce que tu y penses tout d'un coup, c'est quoi la vie? » demande-t-il ajoutant que le prix à payer à vivre vieux, c'est de devoir survivre à toute une série de deuils.

« Des compagnons de classe, il n'en reste plus. J'ai perdu mon beau-frère, mon gendre, beaucoup d'amis », note M. Boudreau.

Eugène « Gene » Rancourt s'ajoute maintenant à la liste de ses amis disparus. « C'était un pince sans rire. On avait beaucoup de plaisir avec lui. C'était un gentil homme », se souvient M. Boudreau.

Le golfeur s'est rendu au salon funéraire, mercredi, pour rendre un dernier hommage à son partenaire. Les funérailles sont célébrées jeudi.

Les 23 membres du groupe de Gilles Lachance qui se rencontrent chaque semaine pour jouer au golf penseront probablement à leur ami « Gene » lorsqu'ils complèteront leurs prochains 18 trous.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer